Alimentation végétarienne : carence, mythe et manger équilibré.

Beaucoup de personnes dans les pays occidentaux où la consommation de produits animaux est quasi-omniprésente au quotidien s’orientent de plus en plus vers un régime végétarien à la fois pour des raisons :

  • Santé

  • Ethique

  • Environnementale

 

“ Tant que les hommes massacreront les animaux, ils s’entretueront.

Celui qui sème le meurtre et la douleur ne peut
récolter la joie et l’amour. ”

 

Pythagore

 

En effet, la consommation de produits animaux en excès est nocif pour notre santé. Bien que les recommandations officielles nous recommande un produit animal par jour pour manger équilibré, c’est une trop grande quantité pour notre organisme de nature "végétophile". 

 

La production de viande est devenu une catastrophe environnementale parce que de nos jours on détruit 4 terrains de football de forêt tropicale en l’espace de 5 secondes.

 

Sans parler de la déforestation de ce phénomène, on crée à la place de nos espaces naturels des élevages intensifs qui permet une production à grande échelle pour permettre à tout le monde de consommer des produits animaux à prix abordable.

 

C’est pourquoi, certaines personnes comprennent le besoin de revenir à une alimentation végétale en majorité où les produits animaux se consomment de temps en temps pour sortir au restaurant ou faire un repas chez des amis de temps en temps dans la semaine, le mois ou l'année.

 

Nous allons voir dans cet article pourquoi il est inutile d’avoir peur de réduire drastiquement sa consommation de produits animaux si on prend les précautions de diversifier suffisamment ses sources végétales.

1. Une approche physiologique et anatomique.

Notre nature anatomique et physiologique s'apparente très fortement à celle des grands singes comme le gorille par exemple. En effet, nous avons un/des: 

  • placenta discoïdal,

  • ongles plats, 

  • millions de pores sur la peau, 

  • incisives bien développées, 

  • molaires bien émoussées, 

  • glandes salivaires bien développées, 

  • salive et urine alcaline, 

  • langue lisse, 

  • estomac avec duodénum, 

  • tube digestif de 12 fois la longueur du corps.

 

En tout ces points, l'homme est différent des espèces carnivores qui se nourrissent principalement d'aliments animaux.

 

De plus la nourriture carnée fermente rapidement dans les intestins, c'est pourquoi les carnivores comme le chat, le chien, etc. mangent des produits animaux parce qu'ils possèdent des intestins courts. Je rappelle que l'homme a de long intestins de plus de 10 fois la longueurs de son corps. 

 

“Quand nous tuons les animaux pour les manger, ce sont eux qui

finissent par nous tuer car leur viande n’a jamais
été destinée à l’être humain”

 

D’un point de vue physiologique, ce n’est pas adapté de consommer une grande quantité de produits animaux et encore moins de manière excessive comme c’est le cas à l’heure actuelle. Plus d'information sur la comparaison physiologique et anatomique des espèces.

Je m'appelle Adrien, ingénieur généraliste  de profession, je suis un véritable passionné de santé globale et du bien-être humain. 

Je partage mes expériences et mes connaissances à travers ce blog en me disant que ça pourrait servir quelqu'un comme ça m'a servit personnellement.

N'hésitez pas à me contactez si besoin ou à commenter les articles afin que je puisse vous répondre. Bonne lecture !

Améliorer sa santé,

ça s'apprend !

REJOINS-NOUS SUR FACEBOOK !

http://feeds.feedburner.com/santebienetreglobal

FLUX RSS

ARTICLES POPULAIRES

Addiction au sucre : causes, symptômes et solutions naturelles

Rythme des repas : combien de repas par jour dans l'idéal ?

Pourquoi manger équilibré nous rend malade ?

Lait et produits laitiers : dangers pour la santé

Spiruline : bienfaits d'un super-aliment. Comment la consommer ?

BESOIN DE COMPLEMENT ALIMENTAIRE ?

Eventail complet de vitamines

  • 168 capsules
     

  • Certifié Biologique
     

  • Riche en vitamines 

2. Le mythe des carences : fer, protéines, vitamine B12. 

Il y a de nombreuses idées reçues autour du régime végétarien notamment les carences : 

 

a) La carence en fer. 

 

Il est important de rappeler avant tout que même des personnes qui consomment de la viande rouge soit disante riche en fer et de façon quotidienne souffre d'anémie.

 

Je sais que la science actuelle aime beaucoup porter une attention sur la quantité des éléments (nombre de calories, apport journalier nutritionnel, nombre d'heure de sommeil, ...) mais très peu sur la qualité de ces éléments. Or, la qualité est tout aussi si ce n'est plus importante que la quantité. 

 

La cuisson nécessaire à la consommation des viandes dénature les substances organiques de base. Plus la cuisson est forte et longue, plus l'atome organique de fer va perdre sa substance vivante parce que celui-ci ne résiste pas à la chaleur, par conséquent l'atome sera en majorité inorganique.

 

Or notre corps est fait de cellules vivantes qui a donc besoin d'éléments organiques pour les reconnaitre et les métaboliser à ses fins de fonctionnement.

 

Un atome inorganique est inutilisable par l'organisme, c'est pourquoi du fer inorganique ne va pas pouvoir être utilisé par le corps dans les fonctions qu'il doit remplir mais sera considéré comme un déchet à éliminer. Ceci explique aussi pourquoi, il y a autant d'anémique chez les végétariens que chez les non-végétariens.

 

La meilleure qualité de fer que l'on puisse trouver dans nos aliments est dans les végétaux crus qui ont conservé leur nature organique. En voici quelques exemples d'aliments riches en fer organique par ordre d'importance de leurs proportions : 

  • laitue, 

  • poireaux, 

  • carotte

  • pissenlit, 

  • radis, 

  • asperges, 

  • navets

  • concombres, 

  • raifort, 

  • tomates, 

  • amandes (non salées), 

  • etc ... 

 

Il est tout à fait possible de consommer ce type d'aliment à chaque repas pour s'approvisionner en fer et toute autre substances vitale dont le corps a besoin. De plus, je rappelle que dans la majorité des cas d'anémie, ce n'est pas un problème d'apport en fer mais une capacité d'assimilation de ce dernier qui est en la cause.

 

On peut manger en grande quantité du fer mais s'il n'est pas assimilé, cela ne servira pas. C'est pourquoi, l'état du terrain est tout aussi important que les aliments que l'on apporte à notre corps. 

 

On peut également faire l'analogie avec le calcium des produits laitiers. Certes, le calcium est présent en abondance dans le lait et ses dérivés mais il a été chauffé à ultra haute température qui la rendu inorganique.

 

C'est pourquoi, on constate à l'heure actuelle que les populations les plus consommatrices de produits laitiers sont les plus carencés en calcium et souffrent de maladies des os. 

 

Si vous voulez de grandes concentrations de fer organique, vous pouvez consommer des graines germées. Elles font partie des compléments alimentaires naturels les plus intéressants à prendre.

 

Elles sont extrêmement riche en fer et bien d’autres minéraux et micronutriments dont le corps a besoin. Les graines de luzerne ou alfalfa se trouvent en magasin diététique. Vous pouvez les acheter toutes prêtes pour les consommer immédiatement sinon vous pouvez les faire germer vous même chez vous pour avoir un maximum de fraîcheur.

 

Je vous conseille d'éviter les suppléments en fer vendu en pharmacie pour retrouver votre apport par les aliments naturels qui seront plus appréciés par votre organisme. 

Enfin, lorsque l'on arrête de consommer des viandes, il est possible d'être fatigué ou de manquer d'énergie que l'on associe au manque de fer. Cette idée est tout aussi fausse que la légende de Popeye concernant les épinards.

 

La fatigue peut résulter d'un manque de fer, certes mais aussi et surtout dans la plupart des cas d'un manque d'énergie, c'est à dire de calorie. Or on sait que les végétaux sont hypocaloriques et apportent donc peu d'énergie et que les produits animaux sont riche en calories.

 

Si on ne prend pas la précaution de remplacer les produits animaux par un aliment riche en calorie, on s'expose à la fatigue, au manque d'énergie et à la faiblesse générale. Si en revanche, on remplace par un glucide (aliments les plus riches en calories derrière les lipides), vous ne risquez pas d'avoir des baisses d'énergie. Veillez cependant à éviter les glucides raffinées et privilégiez les glucides bruts. 

 

b) La carence en protéines. 

 

Les protéines sont essentielles à l'organisme notamment pour :

  • la formation et la croissance du sang, 

  • l'activité normale des glandes, 

  • la bonne santé de la peau, 

  • la bonne santé des cheveux, 

  • les cartilages des articulations, 

  • le fonctionnement normal du foie, 

  • etc ... 

 

Voici un extrait sur les protéines animales du livre Votre santé par les salades crues et la diététique du Dr.Norman Walker : 

 

"Les protéines composant la chair des animaux, mammifères, volatiles et poissons, ont été bâties dans leurs corps par les atomes organiques et vivants de la nourriture crue dont ils se sont nourris. Cette chair, naturellement est constituée de protéines complètes. Pour que notre corps puisse digérer de telles protéines, il doit d'abord les dissocier non seulement en leurs acides aminés d'origine mais aussi en leurs atomes d'origine afin de pouvoir bâtir ses propres protéines à partir de ces atomes et acides aminés primaires."

 

Il y a 2 types de protéines : complètes et incomplètes. Peu importe qu'on les consomme complètes, le corps va les dissocier en simple unité que l'on appelle "acide aminé". Ces acides aminés sont fabriqués par le corps à l'exception de 9 d'entre eux que l'on appelle "acide aminé essentiel". C'est pourquoi, nous devons les apporter par notre alimentation.

 

Les protéines dites complètes ont tous les acides aminées essentiels. Mais on sait que nous ne sommes pas obligé de consommer à tous les repas des protéines complètes, il est possibles de faire des combinaisons de protéines incomplètes durant la journée pour apporter régulièrement tous les acides aminés essentiels. 

Les protéines complètes se trouvent les produits animaux certes mais aussi dans le quinoa, le sarrasin, les graines de chia, la spiruline ou encore le chanvre. Mais il est possible pour les végétariens de faire des combinaisons de protéines incomplètes entre elles pour préparer des repas plus riche en protéine.

Certes, c'est plus contraignant de s'abstenir de produits animaux pour s'approvisionner en protéines complètes mais il est tout à fait possible d'avoir son iota de protéines avec des sources uniquement végétales.

 

De plus, il est bon de rappeler que toute chose consommé en excès est néfaste pour la santé. Les protéines ne font pas exception. Les personnes qui veulent perdre du poids font parfois ce que l’on appelle des régimes hyper-protéinés. Cela consiste à manger une majorité de protéine et quelques fois des légumes pour simplifier le concept de ce régime.

 

La plupart de ces personnes se rendent compte que les protéines en excès sont nocifs pour la santé parce qu’elles abîment le foie. Le foie se charge de la synthèse des protéines. De plus, les viandes produisent de l'acide urique au cours de leur digestion qui seront ensuite filtrer par les reins. L'acide urique en excès affaiblit l'énergie des reins.

 

Les protéines que l’on trouve dans les viandes ne sont pas les mieux adaptés à l’organisme, c’est pourquoi nous pouvons en consommer mais uniquement en petite quantité (ne devrait pas dépasser les 1/4 de l'assiette).

 

Des chercheurs ont montré que des populations musclées et jouissaient d'une santé radieuse en prenant que 20 à 30 grammes de protéines par jour. Ce qui équivaut à une alimentation à base de fruits, de légumes, des verdures et très peu d'aliments concentrés. 

 

Une erreur à mon sens qu'il faut éviter est de remplacer les protéines animales par uniquement des légumineuses parce qu'elles sont plus concentrés en protéines que les viandes.

 

"Les légumineuses sèches et cuites sont extrêmement acidifiantes en raison de leur faible teneur en eau organique et leur teneur élevée en glucides et protéines concentrés. 

 

Même si nous pouvons tolérer cette association incompatible, notre corps finira par être surchargé par l'acidité issue de la fermentation et la putréfaction qui résulte toujours d'une mauvaise combinaison alimentaire."

 

Notre corps fabrique lui-même ses protéines dont il a besoin par transmutations biologiques au niveau de la flore intestinale à l'exception des acides aminés essentiels. Cette flore abrite une densité bactérienne qui a pour rôle notamment la synthèse des protéines.

 

Comment expliquer que le gorille qui est le primate le plus apparenté à l'homme et qui ne mange que des fruits, des légumes et des verdures pèsent plus de 200 kilos de muscle avec une force incroyable alors qu'il ne consomme aucune protéine concentrée sous forme de viande ou de légumineuse. 

 

Comment expliquer qu'un peuple naturel de Nouvelle Guinée vivant à 90% de patates douces ont des selles qui contiennent en moyenne 15 fois plus de protéines qu'ils en consomment dans leur alimentation.

 

Comment expliquer qu'une poule ponde des oeufs dont la coquille est faite de calcium alors qu'elle ne mange que des céréales qui contiennent très peu de calcium.

 

Les transmutations biologiques sont probablement les réponses à toutes ces questions. 

 

c) La carence en vitamine B12. 

 

Il y a également une grande peur véhiculée autour de la carence en vitamine B12 si jamais on ne mange pas de produits animaux. Cette vitamine ne se trouve pas dans notre alimentation mais elle est bien synthétisée par notre flore intestinale grâce à nos populations bactériennes au même titre que les protéines. 

 

De plus, il est important de rappeler qu'il y a autant de végétariens que d'omnivore parmi les êtres humains qui souffrent de carence en vitamine B12. Preuve que ce n'est pas une simple question d'apport mais aussi une problématique de terrain intérieur qui permet la synthèse ou non de cette vitamine.

 

On ne se pose pas la question de savoir qu'est ce que mange les animaux pour synthétiser de la vitamine B12 que l'on convoite tant. Ils synthétisent eux-même leur vitamine B12 au niveau de leur flore intestinale par transmutations biologique exactement comme nous produisons nos acides aminés pour former des protéines. Seules ces bactéries peuvent synthétiser cette vitamine B12. 

Cependant, l'état de notre flore intestinale parfois dégradée ne permet pas la synthèse de cette vitamine de manière optimale, c'est pourquoi il faut veiller à corriger l'état du terrain interne en réparant notre flore intestinale pour rétablir au mieux nos capacités endogènes de production. 

On a constaté chez des sportifs qui avait une musculature développée qu'après être passé à un régime végétarien, il avait conservé leur masse musculaire et ne souffraient d'aucune carence en quoi que se soit : fer, protéines, vitamine B12, ... 

 

Tant que les choix alimentaires sont réfléchis et prit en conscience selon les besoins personnels de l'individu, le végétarisme est une possibilité à ne pas décrédibiliser voir à bannir, bien au contraire.

Détoxification simplifiée

  • 168 capsules
     

  • Certifié Biologique
     

  • Elimination 
    des toxines  

Eventail complet de minéraux

  • 112 capsules
     

  • Certifié Biologique
     

  • Riche en sels minéraux

Le remontant parfait

  • 112 capsules
     

  • Certifié Biologique
     

  • Augmenter votre énergie

Puissant mélange d'antioxydant

  • 56 capsules
     

  • Certifié Biologique
     

  • Augmente l'immunité

Energie au niveau cellulaire

  • 56 capsules
     

  • Certifié Biologique
     

  • Stimule métabolisme

Calcium biodisponibles

  • 112 capsules
     

  • Certifié Biologique
     

  • Absorption du calcium 

Protection des organes vitaux

  • 56 capsules
     

  • Certifié Biologique
     

  • Riche oméga essentiels

3. Les études et les faits à l'appui.

a) Le rapport Campbell

 

C’est l’une des plus grande étude sur la nutrition. Réalisé par le docteur Colin Campbell qui est un très grand nutritionniste de notre temps. Il a écrit The China Study qui a fait l’effet d’une bombe aux États-Unis.

 

Il montre dans ce livre avec des preuves scientifiques à l’appuie l’importance d’adopter une alimentation végétale pour rester en bonne santé. Le “projet Chine“ étudia l’alimentation de 65 cantons de la Chine rurale en 1983-1984 et 1989-1990.

 

Plus de 10 000 personnes furent suivis et des gens habitant Taiwan faisait parti également de l’étude parce qu’ils présentaient des habitudes alimentaires à mi-chemin entre l’alimentation paysanne et les habitudes modernes américaines. Environ 50 maladies furent étudiées en détail et comparés.

 

Le rapport confirme que “l’être humain est un végétarien rendu vulnérable face aux fléaux du cancer, des maladies cardiovasculaires, de l’ostéoporose et du diabète par sa consommation de protéines et de graisses animales”.

 

Certaines études allaient déjà dans ce sens mais l’ampleur de cette étude permet d’affirmer que la quasi-totalité des habitants de la planète se dirigera vers une alimentation végétale dans les siècles à venir.

 

Le docteur Campbell affirme que la “nourriture d’origine animale n’est pas nécessaire et il faut s’en éloigner”. Il a montré également que les produits laitiers permettant de prévenir l’ostéoporose est un mythe sans fondement et que la plupart des végétariens ne souffrent d’aucune carence en minéraux, en oligo-éléments et en vitamines.

 

b) Les peuples naturels

 

Vous avez sans doute entendu parler de ces peuples naturels qui vivent en parfaite harmonie avec la nature que l’on appelle communément les habitants des zones bleus. Ce sont les zones géographiques qui comptent le plus de centenaires au monde.

 

Leur point en commun est une alimentation à base de végétaux en majorité et quelques produits animaux. Ces différentes zones sont répartis un peu partout à travers le monde comme par exemple la sardaigne en Italie, Okinawa au Japon, Loma Linda en Californie, etc…

 

Cependant, il est important que ce n’est pas uniquement l’alimentation qui font leur état de santé. Il y a toutes les autres composantes qui entrent en compte :

 

Si vous hésitez à changer d’alimentation pour vous tourner vers une alimentation à forte tendance végétale, allez y progressivement en ajoutant par exemple plus de fruits, de légumes crus ou cuits à la vapeur selon les saisons et les besoins de chacun, des verdures quotidiennement. Ensuite, vous pourrez diminuer progressivement votre part de produits animaux lorsque vous le sentirez. 

 

Je précise pour ceux qui se posent la question que je ne suis pas végétarien même si j'ai réduit ma consommation de produits animaux à quelques fois dans la semaine. Je mange moins d'une dizaine de viandes rouges à l'année. 

Cet article vous a plut ? Pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire à notre newsletter ?

 

Simple et gratuit, vous recevrez directement dans votre boite mail les derniers articles pour améliorer votre santé et votre bien-être. Votre mail restera confidentiel.

ARTICLES SIMILAIRES

MANGER EQUILIBRE
HUILE DE COCO
ALIMENTATION VIVANTE
MANGER EQUILIBRE

© 2019 - Santé & Bien-être Global

 

Please reload

DERNIERS ARTICLES
LIENS IMPORTANTS
REJOIGNEZ-NOUS