Restriction alimentaire : le secret des centenaires d'Okinawa

La restriction alimentaire est une clé fondamentale dans la longévité des centenaires de l'île d'Okinawa au Japon. Le Japon détient le record mondial de centenaires avec un nombre de 427 pour 100.000 habitants alors qu'en France on arrive à peine à 100 centenaires pour 100.000 habitants.

 

En plus de leur longévité, les habitants d'Okinawa vivent en bonne santé, vif, alerte, heureux et valide. C'est pourquoi, on va aborder dans cet article une règle d'or parmi toutes les composantes qui expliquent la longévité des centenaires d'Okinawa : la restriction alimentaire.

1. Qu'est ce que la restriction alimentaire ? 

En France, on aime cette sensation d'être rassasié et surtout d'avoir le ventre plein lorsque l'on quitte la table. En Occident, on mange 30 % de plus que dans les pays asiatiques notamment parce que l'on inclut une entrée avant le repas principal et un dessert après.

 

À Okinawa, les proportions alimentaires sont toujours plus petites que ce que nous avons l'habitude dans notre pays. Pourtant, on entend rarement un habitant d'Okinawa qui se plaint “d'avoir la dalle” ou encore de “mourir de faim”.

 

On a souvent cette idée reçue comme quoi il faut manger plus pour avoir envie de manger moins. Il est fondamental de comprendre que si vous mangez en majorité des produits transformés ou de mauvaise qualité nutritive, votre corps se sentira mal nourri et vous demandera d'apporter encore plus de nourriture pour qu'il ait son quota nutriments pour fonctionner normalement.

 

En clair, la restriction calorique ne préconise pas la mauvaise alimentation mais au contraire de favoriser la bonne qualité nutritive des aliments pour se sentir à la fois rassasié et le corps bien nourri.

 

En mangeant  une majorité d'aliments transformés, il n'est pas surprenant de développer ce que l'on appelle une boulimie alimentaire parce que le corps ne se sent jamais suffisamment nourri. C'est pourquoi il demande un apport toujours plus important de nourriture.

 

Donc la restriction alimentaire ne veut pas dire restriction calorique. Ceux sont les aliments les plus caloriques qui sont les moins nutritifs et qui sont responsables de boulimie qui mène progressivement au surpoids.

Je m'appelle Adrien, ingénieur généraliste de profession, je suis un véritable passionné de santé globale et du bien-être humain. 

Je partage mes expériences et mes connaissances à travers ce blog en me disant que ça pourrait servir quelqu'un comme ça m'a servit personnellement.

N'hésitez pas à me contactez si besoin ou à commenter les articles afin que je puisse vous répondre. Bonne lecture !

Améliorer sa santé,

ça s'apprend !

REJOINS-NOUS SUR FACEBOOK !

MA LECTURE DU MOMENT !

http://feeds.feedburner.com/santebienetreglobal

FLUX RSS

2. La restriction alimentaire et la longévité.

Plusieurs études scientifiques prouvent qu’environ 50 espèces animales qui sont soumis à une restriction calorique vivaient plus longtemps que leurs confrères nourri à volonté.

 

Que se soit le rongeur, le poisson ou encore le singe, les résultats mènent à la même conclusion : une longévité accrue par une restriction alimentaire.

 

Par exemple chez les rongeurs on a constaté une augmentation de l'espérance de vie de 40 à 50 % lorsqu'ils étaient soumis à une restriction alimentaire. Autant dire que leur espérance de vie a pratiquement doublé par ce simple levier d'une alimentation modéré.

 

En moyenne sur toutes les espèces animales sur lesquelles on a fait des études, c'est 20 à 40 % de vie en plus lorsque les espèces sont soumises à une restriction alimentaire.

 

Si on ramène ces chiffres à l'échelle humaine bien que ce soit uniquement et purement théorique, notre espérance de vie qui à l'heure actuelle en occident est de 78 ans passerait entre 93 à 109 ans. En médecine traditionnelle chinoise, on estime que le corps humain est génétiquement programmé pour tenir au moins 120 ans.

 

Dans leur livre Le secret des centenaires d'Okinawa, Jacqueline Armand et Laurent boucher disent même : “en théorie, on pourrait atteindre 150 ans !”. En moyenne, les espèces ont une espérance de vie égale à 5 à 7 fois le temps de leur période de croissance.

 

Un chien par exemple a une période de croissance de 2 ans, c'est pourquoi il a une espérance de vie en moyenne de 14 ans. Si on ramène cette théorie à l'échelle humaine, notre période de croissance est d'environ 21 ans, notre espérance de vie devrait se situer entre 105 et 147 ans.

 

Évidemment, ce n'est que de la théorie étant donné que nous avons encore beaucoup à apprendre sur le fonctionnement de notre corps qui nous est de plus en plus inconnu au fur et à mesure qu'on se rend compte de sa complexité.

 

Pourquoi la restriction calorique est un facteur fondamental pour augmenter la longévité ? Moins on mange en quantité et moins on vieillit rapidement. Manger moins reviens à consommer et produire moins de radicaux libres.

 

Les radicaux libres sont les éléments organiques responsables du vieillissement. Les radicaux libres abîment en permanence nos mitochondries, des composants présents à l'intérieur même de nos cellules qui sont de véritables centrales énergétiques pour celles-ci.

 

Il est fondamental de pratiquer une restriction calorique volontaire qui ne provoque pas de carence car en réalité il ne s'agit pas de manger moins d'aliments mais seulement de manger une plus grande quantité d'aliments moins calorique.

 

Les aliments les moins caloriques sont les aliments les plus bruts et naturels possibles. Les habitants de l'île d'Okinawa ont pour habitude de manger moins en quantité au fur et à mesure que l'on prend de l'âge tout en conservant une activité physique et intellectuelle.

 

C'est exactement l'inverse des recommandations données par la plupart des nutritionnistes occidentaux.

3. Restriction alimentaire et l'âge. 

Il est fondamental de comprendre que notre métabolisme de base sera ralenti en fonction de l'âge. Une personne âgée brûlera beaucoup moins de calories au repos qu’une personne jeune, ce qui provoque naturellement le développement des tissus adipeux.

 

C'est pourquoi le constat fataliste comme quoi “avec l'âge on prend du poids” est une incompréhension la plus totale de la manière dont fonctionne notre organisme plutôt qu’une réalité contre laquelle on ne peut rien.

 

Les centenaires de l'île d'Okinawa en sont la preuve vivante que nous pouvons augmenter notre longévité grâce à une restriction calorique tout en conservant une bonne santé, se prévenir des maladies et de la prise de poids exactement de la même façon que 50 autres espèces animales.

 

Dans toutes espèces animales y compris pour l'être humain, les entités qui se nourrissent trop avec des aliments plus riches en calories parviennent à une maturité sexuelle rapidement que les autres mais meurent également plus rapidement.

 

À l'inverse la restriction calorique retarde l'âge de la puberté et augmente de façon considérable la longévité. La sexualité est également l'une des clés fondamentales pour atteindre la longévité.

 

Si l'homme gaspille sa semence, il sera malade, et s'il l'épuise inconsidérément, il mourra. C'est le point le plus important

qu'un homme doit garder en mémoire”.

 

SOEN SE MAO - 618 ap JC.

 

Si un homme se livre une fois à l'acte sexuel sans perdre sa semence, il fortifiera son corps. S'il le fait deux fois, son ouïe sera fine et sa vue perçante. S'il le fait trois fois, toutes les maladies disparaîtront. Quatre fois, il jouira de la paix de l'âme. Cinq fois et son cœur et la circulation de son sang seront améliorés. Six fois et ses reins deviendront robustes. Sept fois, et ses fesses et ses cuisses gagneront en puissance. Huit fois, et son corps deviendra lisse. Neuf fois, et il atteindra la longévité”.  

 

Règles de sagesse des empereurs Tang.

 

Revenons à la restriction calorique. À Okinawa, on prend des repas faibles en calories et complétés par l'absorption d’une nourriture riche en antioxydants, minéraux, vitamines et oligo-éléments. En France, on mange en moyenne de 2300 calories tandis que les habitants d'Okinawa en mange 1800.

 

Plus on mange et plus on vieillit, c'est pourquoi il est fondamental de comprendre que la suralimentation est l'une des causes d'un vieillissement prématuré. Cependant cette idée comme quoi la suralimentation est plus néfaste que bénéfique a du mal à être intégré dans l'esprit de l'occidental.

 

Plus on mange, plus les repas sont riches d'un point de vue calorique, plus nous sommes agressés par les radicaux libres et plus notre corps s'affaiblit. Inversement moins on prend de calories et moins on fabrique de radicaux libres et plus notre corps est fort.

 

Notre corps fabrique en moyenne 2 kg d'un des radicaux libres les plus agressifs comme le superoxyde qui abîme les mitochondries. Les mitochondries produisent 90 % de notre énergie corporelle grâce aux aliments. Et plus on produit des radicaux libres et moins on est capable de produire d'énergie, ce qui affaiblit le corps, le vieilli et favorise le terrain des maladies de civilisation.

4. Restriction alimentaire en pratique. 

La restriction calorique consiste également à se remplir à hauteur de 4/5 de sa faim. En clair, on remplit notre estomac à 80 % pour bénéficier de tous les avantages d'une restriction calorique en particulier la longévité.

 

Parmi ces avantages, on peut citer également que cela évite les ballonnements, les gaz et autres troubles de digestions lorsque le repa est trop copieux. Nous devons sortir de table à la fois rassasié et léger mais en aucun cas le ventre plein.

 

Les habitants d'Okinawa ont comprit bien avant nos recherches scientifiques qu’il faut s'arrêter de manger avant de se sentir trop plein. Un bon moyen de pouvoir restreindre sa quantité alimentaire est de manger moins vite.

 

Le fait de manger vite a pour effet de manger plus, étant donné qu’il faut 20 minutes en moyenne pour que le cerveau comprenne la satisfaction de notre satiété.

 

Enfin il est fondamental de distinguer une envie passagère qui est souvent compulsive dictée par notre instinct animal pour fuir un ennui ou une douleur passagère plutôt qu'un réel besoin d'être alimenté.

 

Nous devrions sortir de table prêt à l'action et non à être endormi parce qu'on a le ventre plein à tel point que parfois on a envie de se détacher la ceinture.

 

Autres règles d’or qui font le secret des centenaires d’Okinawa :

  • Boire du thé,

  • Consommer du soja sous toute ses formes,

  • Évitez la viande et les laitages,

  • Préférer les poissons gras, fruits de mers et algues,

  • Consommer fruits, légumes, épices, herbes aromatiques tous les jours,

  • Oublier les aliments riche en calories

  • Réduire la consommation de sel et d’alcool

  • Manger tranquillement à heure régulière

  • Rester toujours un peu sur sa faim,

  • Choisir des aliments de saison,

  • Consommer des aliments riches en probiotiques,

  • Pratiquer une activité physique et intellectuelle,

  • Marcher le plus souvent possible,

  • Vivre détendu mais passionné,

  • Vivre d’amour et de spiritualité,

  • Avoir une vie sociale et familiale.

En conclusion, la longévité comme la santé et le bien-être peut s’apprendre et se pratique au quotidien pour s’acquérir.

Cet article vous a plut ? Pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire à notre newsletter ?

 

Simple et gratuit, vous recevrez directement dans votre boite mail les derniers articles pour améliorer votre santé et votre bien-être. Votre mail restera confidentiel.

© 2019 - Santé & Bien-être Global

 

Please reload

DERNIERS ARTICLES
LIENS IMPORTANTS
REJOIGNEZ-NOUS