La gestion des émotions : clé d'une santé globale

De nombreuses études scientifiques ont montré que l’ignorance émotionnelle coûte cher à la société.

 

Ceux qui vivent en permanence avec des sentiments d’hostilité envers eux-mêmes et envers les autres, ceux qui passent de phases d’excitation à des phases de dépression, ceux qui extériorisent leurs émotions fortes dans la violence, ceux qui musellent mais créent autour d’eux une atmosphère irrespirable, ceux qui bâillonnent si fort leurs sentiments qu’ils finissent par tomber malade.

 

Ces personnes sont soumises soit à des bouffées d’agressivité qui conduit à la délinquance et remplissent les prisons, soit à une répression constante des émotions qui les conduits droit vers la maladie pour remplir les hôpitaux en tout genre.

 

Suicides, enfants battus, viols, violences en tout genre, divorces et conflits sont les symptômes sociaux qui découlent d’un manque d’éducation émotionnelle.

 

C’est pourquoi, on devrait enseigner la gestion des émotions dans les écoles comme on enseigne à lire et à écrire.

 

1. Qu’est ce que la gestion des émotions ?

 

La gestion des émotions est un facteur essentiel de santé parce que de plus en plus de gens prennent conscience que la civilisation matérialiste actuelle s’est développé sans permettre aux individus de vivre pleinement leurs émotions.

 

De plus en plus de médecins, de psychologues, de thérapeutes et d’éducateurs commencent à explorer un domaine qui se fait connaître : la gestion des émotions.

 

Ce courant de pensée qui déferle depuis quelques années aux Etats-Unis permet de définir la capacité de l’individu à respecter ses propres émotions et sentiments ainsi qu’à savoir les gérer sainement tout en laissant aux autres le droit de vivre les leurs comme ils l’entendent.

 

La médecine a accumulé les preuves que les émotions mal gérées conduisent vers les maladies de civilisations et qu’un apprentissage d’extériorisation positive des émotions, sans violence exercée contre autrui améliore les processus de guérison.

 

Plusieurs études montrent que pour des femmes porteuses d’un cancer du sein avancé, la fréquentation une fois par semaine d’un groupe de soutien où on leur apprenait à extérioriser leur colère, leur tristesse, leur peur et leur chagrin permettait une survie deux fois plus longue que dans un groupe témoin.

 

Des recherches ont également montré que si le milieu nerveux et humoral changeait, des cellules cancéreuses pouvaient redevenir normales, ce qui ouvre des perspectives fascinantes à une approche globale du cancer.

 

Toute maladie grave se déclenche par un choc émotionnel.

 

2. Apprendre à gérer ses émotions.

 

La psychoneuroimmunologie s’intéresse aux effets des états mentaux et émotionnels sur la physiologie du corps, a multiplié les preuves que des émotions refoulées paralysent les fonctions vitales essentielles et sont à l’origine de nombreuses maladies.

 

Les chercheurs ont trouvé un certains nombre de mécanismes neuro hormonaux par lesquels s’effectue la somatisation des émotions non extériorisées, c’est à dire la traduction physique que l’on va vivre à travers notre corps. L’intelligence émotionnelle est né de ces recherches.

 

L’intelligence émotionnelle peut s’acquérir et se développer. Exactement comme on apprend à lire et à écrire. Nous pouvons devenir “émotionnellement éduqué” en apprenant à connaître ses émotions, à les comprendre et à les utiliser pour croître en harmonie et en sagesse. La Terre est une école et les expériences que l’on vit sont nos professeurs pour grandir et devenir de meilleures personnes.

 

Le but de la croissance individuelle est d’aller vers toujours plus de conscience. Les émotions sont des signaux qui attirent notre attention vers des secteurs de vie qui ont besoin de nous. Un flot régulier et modulé d’émotions est indispensable à notre bien-être.

 

Trop ou trop peu d’émotions mène au déséquilibre. C’est pourquoi, lorsque nous ressentons une émotion, quelle qu’elle soit, nous devrions l’observer, l’accepter puis de la laisser couler à travers notre corps pour comprendre ses leçons et agir en conséquences de ses leçons.

 

 

3. Tenir un journal pour connaître ses états émotionnels.

 

Le Dr Deepak Chopra, médecin indien vivant aux États-Unis et auteur de nombreux best-sellers, suggère de tenir un journal pour mieux connaître et comprendre ses états émotionnels.

 

Discerner les émotions positives comme l’amour, la sympathie, le bonheur, la confiance, la joie, l’acceptation, l’amitié, la compassion, les sentiments positifs comme l’intuition, l’esprit de découverte, la foi, le pardon, la révélation, la transcendance, la paix et la fusion.

 

Mais aussi les émotions négatives comme la colère, l’anxiété, la culpabilité, le manque de confiance, la jalousie, l’envie, la tristesse, l’égoïsme, l’avarice.

 

Ce travail d’étude de ses états intérieurs est précieux pour ne plus être victime de ses émotions mais pouvoir les accepter et remonter aux croyances mentales qui les ont engendrées. Une fois reconnues et comprises, elles nous permettent un travail sur nous-mêmes qui accroît notre estime de soi.

 

C’est ainsi que le Dr Chopra relate dans ses livres, de nombreux cas de guérisons médicalement inexplicables mais qui surviennent naturellement lorsqu’une personne retrouve le contact avec sa nature profonde, cette partie d’elle-même qui n’a jamais été prise au piège des pensées limitées et des émotions réprimées qui sont à l’origine de la plupart de nos maladies.

 

  • Identifier l’émotion que l’on ressent avant que notre juge intérieur ne l’expédie dans l’inconscient
     

  • Ressentir les effets de cette émotion sur notre corps en observant nos sensations, les modifications de notre respiration et les changements de nos perceptions de nos organes et structures moléculaires
     

  • Extérioriser l’émotion par des gestes spontanés, des étirements, des bâillements, des cris, des pleurs ou des rires. Il s’agit de laisser l’émotion sortir à travers le corps, exactement comme nous le faisons lorsque nous étions enfant. Tant que les enfants n’apprennent pas le sérieux de la société, ils gèrent leurs émotions parfaitement parce qu’ils les vivent de manière spontanées.
     

  • Examiner la croyance à l’origine de cette émotion. Une croyance est l’association d’une émotion avec une pensée. Si vous identifier la croyance limitante qui a causé l’émotion désagréable, vous pourrez la changer en croyance dynamisante qui renforcera votre confiance en vous et toute votre vie s’en retrouvera changer.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Google +
Please reload

Je m'appelle Adrien, ingénieur généraliste  de profession, je suis un véritable passionné de santé globale et du bien-être humain. 

Je partage mes expériences et mes connaissances à travers ce blog en me disant que ça pourrait servir quelqu'un comme ça m'a servit personnellement.

N'hésitez pas à me contactez si besoin ou à commenter les articles afin que je puisse vous répondre. Bonne lecture !

Améliorer sa santé,

ça s'apprend !

REJOINS-NOUS SUR FACEBOOK !
DERNIERS ARTICLES
Please reload

http://feeds.feedburner.com/santebienetreglobal
Cet article vous a plut ? Pourquoi ne pas en profiter pour vous inscrire à notre newsletter ?
 
Simple et gratuit, vous recevrez directement dans votre boite mail les derniers articles pour améliorer votre santé et votre bien-être. Votre mail restera confidentiel. 
 
Intéressé ? C'est par là

Articles similaires : 

Please reload

© 2019 - Santé & Bien-être Global

 

Please reload

DERNIERS ARTICLES
LIENS IMPORTANTS
REJOIGNEZ-NOUS