Capoue : « La maladie X va arriver et nous devons être prêts demain »

Capoue : "La maladie X va arriver et nous devons être prêts demain"

La maladie X, redoutée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), est-elle en route ? « Oui, ça viendra. » Le message a été réitéré par la virologue Ilaria Capua, aujourd’hui à Milan en marge d’un rendez-vous à la Casa Recordati – du cycle Recordati Lectures 2024 – où l’expert a été invité à parler de santé circulaire. « Même si nous ne regardons que les pandémies de grippe, et ne jetons pas d’autres infections dans le chaudron, à notre connaissance, au siècle dernier, de 1900 à 1999, il y en a eu trois. Si vous faites le calcul, les pandémies de grippe surviennent tous les 11 à 40 ans, il y aura donc une autre pandémie.. Elle pourrait être causée par un virus de la grippe, qui est l’un des principaux virus à l’étude, ou par d’autres virus. Mais ce sera là« .

Il ne s’agit pas de savoir si, mais quand il arrivera, confirme-t-il, commentant à Adnkronos Salute l’avertissement provenant de l’agence sanitaire des Nations Unies. « Ce que nous devons vraiment faire, c’est nous préparer, car sinon nous ne pouvons pas nous considérer comme Homo sapiens, mais nous passons directement à la catégorie ‘Homo stupidus' », observe le scientifique qui, après des années aux États-Unis, est revenu en Italie, à Bologne. , où elle est Senior Fellow en santé mondiale à Johns Hopkins. Même au niveau individuel, l’invitation est « à ne pas oublier. Je pense à la phobie des masques – réfléchit-il – Quand j’étais aux États-Unis, j’avais des masques à la maison. Toujours. Parce que je savais qu’une pandémie arriverait, et Je savais que quand ce serait le cas, une fois les masques arrivés, ils ne seraient pas retrouvés. » Ainsi, souligne-t-il, « l’importance de se préparer. Et nous savons ce qui doit être fait. Il ne s’agit pas de dire ‘oh mon Dieu, par où commencer’. »

De quel horizon temporel disposons-nous ? « Nous devons être prêts demain – prévient Capoue – Il est clair que nous ne pouvons pas savoir quand la maladie arrivera » : un geste anti-contagion simple et puissant « qui déjà maintenant – souligne-t-il – est moins fait ».

« En attendant » la maladie augmentation des cas de rougeole. « Si on ne se fait pas vacciner, la rougeole revient. C’est comme ça », dit-il, en faisant référence aux dernières données sur cette maladie infectieuse devenue « d’observation spéciale » en Europe, aux prises avec une augmentation des cas, comme le souligne aujourd’hui l’ECDC (Centre européen de prévention et de prévention des maladies). Contrôle).

« Deux virus ont été éradiqués, donc éliminés de la surface de la terre : le virus de la variole et le virus de la peste bovine », rappelle Capoue. « Tous les autres sont des virus qui sont tenus à distance par la vaccination, à l’exception de ceux comme le VIH et d’autres pour lesquels il n’existe pas de vaccin. Mais la vague anti-vax s’est malheureusement également propagée dans d’autres espaces. Voici donc les cas de rougeole. Était-ce prévisible ? Bien sûr », conclut-il.