Covid, « indemnisation jamais reçue » pour les médecins et infirmiers décédés dans la pandémie

Covid, "indemnisation jamais reçue" pour les médecins et infirmiers décédés dans la pandémie

Médecins, infirmières, personnel soignant. Leur hommage à Pandémie de covidcontre lequel ils se sont battus au premier rang, était élevé. Quatre cents vies perdues. 15 millions d’euros ont été alloués pour indemniser leurs familles, « mais pour le moment l’indemnisation n’a pas été vue« . Et ceux qui « étaient considérés comme des héros pendant la période pandémique », semblent aujourd’hui « avoir été oubliés ». Ils l’étaient seulement « il y a quelques années, mais ils semblent être loin d’une ère géologique ». C’est le reflet de Gennaro Avano, président de l’association « Médecins à mains nues », qui rassemble les membres de la famille des blouses blanches décédés pendant leur service alors que le Covid faisait rage. Gennaro est le fils de Mario, médecin de famille et endocrinologue, tué par le coronavirus à Naples en décembre 2020, à 66 ans Un père dont il souhaite désormais retracer les pas, en choisissant un deuxième diplôme en médecine, après celui en physiothérapie.

L’association qu’il préside, fondée en 2021, rassemble principalement « les membres des familles d’une cinquantaine de médecins de famille et pédiatres de libre choix qui ont été infectés et tués par le Covid dans toute l’Italie », rappelle Gennaro. A la veille de la deuxième Journée nationale des agents de santé, prévue demain, « il n’y a pas beaucoup de nouvelles pour les familles. L’attribution des fonds est approuvée depuis longtemps au niveau parlementaire et gouvernemental, désignant l’Enpam, l’organisme de sécurité sociale des médecins, pour gestion afin que les ressources puissent être distribuées une fois que les conditions d’accès ont été vérifiées. Cependant, tout est au point mort, il n’y a pas de disposition exécutive. Nous savons que les demandes ont été analysées et traitées mais dans la pratique rien ne s’est passé. Nous sommes toujours  »

Une certaine aide aux familles est venue « d’initiatives privées, comme le fonds ‘Sempre con voi’ de la famille Della Valle », conclut Avano, rappelant que « de nombreux patients souffrent encore du décès des médecins de famille et des pédiatres, il y a des zones , et la Campanie en fait partie, où, en raison du manque de blouses blanches dans la région, les patients des médecins décédés n’ont toujours pas de médecin de référence ou ont été affectés à des collègues très éloignés de leur domicile et surchargés de patients ».