Leucémie aiguë promyélocytaire, réunion d'experts pour le 8ème symposium Gimema

Leucémie aiguë promyélocytaire, réunion d'experts pour le 8ème symposium Gimema

Cela commence par une tendance aux ecchymoses, aux saignements de nez, aux saignements des gencives, à la fatigue, à la perte de poids et à la perte d’appétit. Il s’agit de la leucémie aiguë promyélocytaire (Apl), forme agressive de leucémie myéloïde aiguë qui a le plus bénéficié des progrès liés à la thérapie personnalisée. Et le traditionnel événement d'actualité sur la maladie organisé par la Fondation Gimema – Franco Mandelli onlus (Groupe italien des maladies hématologiques de l'adulte) est dédié précisément à l'Apl, cette année un événement scientifique à caractère international, mais aussi l'occasion de célébrer l'un des succès les plus importants de la recherche hématologique.

Au cours du VIIIe symposium international sur l'APL, qui se tiendra à Rome les 10 et 11 avril – informe une note – des hématologues italiens et internationaux (venant d'Allemagne, de Suède, d'Australie, de Chine et d'Espagne), ainsi que des représentants des entreprises les plus importantes experts scientifiques, se réuniront à l'Hôtel NH Collection Roma Centro pour discuter des dernières frontières à surmonter dans le traitement des patients atteints de ce cancer du sang et pour honorer la mémoire du professeur Francesco Lo Coco, décédé prématurément et impliqué depuis le début des années 1990 dans l'étude APL et auteur d'études fondamentales sur le sujet.

Durant ces deux jours, seront présentés les résultats d'études internationales sur les formes à haut risque d'APL et d'APL pédiatriques, sur les problématiques liées à la prise en charge réelle et sur la place de la transplantation allogénique. Les progrès scientifiques dans l'étude de la biologie de la maladie seront ensuite illustrés. En outre, au cours des séances thématiques, les intervenants discuteront des questions encore ouvertes et des nouvelles thérapies à base d'arsenic en comprimés dont les résultats, une fois validés, pourront permettre l'utilisation d'une thérapie totalement orale, ce qui est particulièrement important pour les traitements de consolidation des cycles actuellement administrés dans le clinique.

La leucémie aiguë promyélocytaire – rappelle la note – est la forme de leucémie myéloïde aiguë qui a le plus bénéficié des progrès liés à la thérapie personnalisée. En effet, à partir de l'identification de la translocation chromosomique t (15;17), survenue en 1977, et de la preuve que l'acide tout-trans rétinoïque (Atra) était capable d'induire la rémission de la maladie, cette pathologie est devenue une des paradigmes du succès des thérapies moléculaires ciblées dans les tumeurs.

« L'hématologie italienne et en particulier le professeur Lo Coco ont grandement contribué à ce succès – affirme Maria Teresa Voso, professeur d'hématologie à l'hôpital universitaire de Rome Tor Vergata et coordinatrice scientifique de l'événement – À partir du schéma thérapeutique Aida de 2006, qui a associé tous -acide trans rétinoïque avec la chimiothérapie idarubicine, les résultats du groupe coopératif Gimema sur le traitement de l'Apl ont abouti à la thérapie révolutionnaire à base d'Atra et d'arsenic (Ato), sans chimiothérapie, dont l'efficacité a été démontrée dans l'étude Gimema APL0406, publiée dans 2013 dans le New England Journal of Medicine ».

Atra-Ato est ainsi devenu « le traitement standard pour la leucémie promyélocytaire à risque faible-intermédiaire – poursuit Voso – répondant positivement à la question 'La leucémie promyélocytaire aiguë, une maladie curable ?', titre du premier symposium international tenu à Rome en 1993, et est devenu dans les éditions ultérieures le principal théâtre d'actualisation et de discussion des questions encore ouvertes dans l'Apl. Aujourd'hui, la probabilité de guérison de l'Apl atteint 90% dans la pratique clinique normale », souligne le spécialiste. Un « parcours d'excellence italienne – ajoute Marco Vignetti, président de la Fondation Gimema – qui, lors du prochain congrès sur l'Apl, illustrera l'état de l'art sur la maladie, sans plus le point d'interrogation : l'Apl, une maladie curable ».

Le symposium – poursuit la note – sera suivi, le 12 avril, de la deuxième rencontre nationale du Gimema, au cours de laquelle les protagonistes de la recherche du Gimema informeront les médecins et les chercheurs en hématologie de toute l'Italie des activités de recherche, études et projets en cours réalisés par le groupes de recherche. « La réunion – commente Vignetti – est un moment dédié au partage et à la discussion des projets les plus avancés pour le diagnostic précoce, le suivi et la thérapie des cancers du sang et pas seulement, mais aussi des pathologies hématologiques non néoplasiques ».

En ce qui concerne l'accès aux soins garanti de manière homogène, « Gimema est à l'avant-garde – assure Vignetti – Les protocoles sont similaires dans n'importe quel centre et, si un centre ne dispose pas de ressources adéquates, il utilise les ressources du plus grand nombre. centres avancés, sans que le patient doive quitter son domicile. C'est un véritable modèle de ce que peuvent offrir les soins de santé en ligne, pour l'instant basés sur la disponibilité des agents de santé, des médecins, des biologistes, des infirmières de notre Service National de Santé. et sensibiliser le public à l'actualité dans ce domaine peut représenter un grand service direct aux citoyens italiens, souvent effrayés par les difficultés et les lacunes du NHS, en leur faisant prendre conscience de la haute qualité de l'assistance qu'ils peuvent recevoir (parmi les premières du secteur). monde) et, surtout, de les diriger correctement vers les bons endroits, sans avoir besoin de migrations sanitaires qui, dans le domaine de l'hématologie, ne sont pratiquement jamais nécessaires ».

Les trois événements sont organisés grâce au soutien de l'Ail – Association italienne contre leucémie, lymphome et myélome, Ail Rome, Ail Bari, Société italienne d'hématologie (Sie), Association européenne d'hématologie (Eha), Ministère de l'Université et de la Recherche et avec le contribution non conditionnée d'AbbVie, Amgen, Novartis, Astellas, AstraZeneca, Briston Myers Squibb, Roche, Incyte, Jazz Pharmaceuticals et Servier Italia.