Massacre de Palerme, un jeune de 17 ans n’était ni sous sédatif ni drogué

Massacre de Palerme, un jeune de 17 ans n'était ni sous sédatif ni drogué

Le seul a survécu au massacre familial d’Altavilla Miliciala jeune fille de 17 ans arrêtée pour avoir participé au triple meurtre, comme l’apprend Adnkronos, elle n’était ni droguée ni sous sédatif. C’est ce qui ressort des premières enquêtes coordonnées par la procureure des mineurs de Palerme, Claudia Caramanna. Le jeune de 17 ans fait l’objet d’une enquête du parquet pour mineurs de Palerme pour complicité de meurtre. La détention provisoire en prison a été ordonnée à son encontre.

La jeune femme, après l’alarme donnée par Giovanni Barreca, le maçon de 54 ans – qui a reconnu avoir tué sa femme de 40 ans et leurs deux enfants, Kevin, 16 ans, et Emanuel, 5 ans – a été retrouvée dans son chez lui, à la périphérie de la petite ville de la région de Palerme, avec à côté de lui les téléphones portables de ses deux frères et de sa mère, tous tués dans le rituel qui a causé leur mort. A quelques mètres de là, dans l’autre pièce, se trouvaient les corps des garçons.

C’est la même jeune femme, s’adressant d’abord au psychologue de la communauté pour mineurs puis au procureur, qui a activement participé à la torture des trois victimes, aux côtés du père et du couple arrêté, Sabrina Fina et Massimo Carandente. La jeune femme a déclaré aux enquêteurs qu’elle avait tout fait « pour le bien » de ses proches. « pour les libérer du diable ».

Entre-temps, les avocats de Fina et Carandente ont renoncé à leur mandat pour « des questions liées à l’organisation du travail de notre cabinet », comme l’ont expliqué à Adnkronos les frères Vincenzo et Sergio Sparti. « Aujourd’hui, nous avons renoncé au mandat de Sabrina Fina – dit Sergio Sparti – et lundi nous renoncerons à celui de Carandente ».

Il y a une attente pour le résultat de l’autopsie des corps d’Antonella Salamone et de ses deux enfants. Ces derniers jours, le juge d’instruction de Termini Imerese a validé les arrestations ordonnées pour le couple, mais pas celle imposée à Barreca, établissant toutefois une détention provisoire en prison pour tous les trois. Les trois hommes ont fait usage de leur droit de ne pas répondre.

Le tous sont accusés de meurtre et de suppression de cadavre. L’examen sera effectué sur les restes calcinés de la femme, retrouvés enterrés près de la maison familiale, et sur les corps des enfants, ligotés, pour clarifier les moments exacts des crimes et les causes de la mort. On ne sait pas encore comment la femme et les deux frères ont été tués, que le père croyait possédés par le diable et qui ont également été torturés.

Fille de 17 ans arrêtée : elle a participé à des actes de torture

La jeune fille a livré un témoignage spontané pour révéler sa « pleine implication » dans le massacre. Interrogée en présence de son avocat, elle a livré un « récit glaçant, même comparé à sa contribution personnelle », de ce qui s’est passé dans la maison Altavilla.

La jeune fille, explique une note du parquet, a raconté « la torture subie par sa mère et ses frères, leurs souffrances atroces et leur agonie jusqu’à leur mort ». Il a également raconté comment le corps de sa mère avait été incendié et comment les restes avaient été enterrés. La fille de Barreca fait l’objet d’une enquête pour complicité d’assassinat et recel de cadavre.