Motricité et taxi pénitentiaire, l’inventeur : « Pour un rêve d’enfant j’invente des licornes »

Motricité et taxi pénitentiaire, l'inventeur : "Pour un rêve d'enfant j'invente des licornes"

« Il y a quelques semaines, j’étais à l’hôpital Gaslini de Gênes. Il y avait une petite fille, Azzurra, âgée de 5 ans. Oui, elle aimait faire de la moto, mais son rêve, ce sont les licornes. La semaine suivante, avec quelques amis qui ils font de l’équitation et une de mes amies qui a un centre équestre, nous lui avons fait une surprise : l’hôpital l’a laissée sortir et elle a trouvé une vraie « licorne » dans les bois. Chacun de nous doit offrir des expériences uniques à ceux qui en ont besoin La thérapie motrice, c’est ça. » C’est ainsi que l’explique Vanni Oddera, 43 ans, champion de motocross freestyle et inventeur de la thérapie motrice. Aujourd’hui, la Chambre a donné son feu vert à une loi pour la reconnaissance et la promotion de cette réalité née d’une idée propre il y a plus de 14 ans, disposition qui est actuellement examinée par le Sénat. Un feu vert sur lequel certains ont exprimé leur inquiétude, comme le leader du groupe Italia Viva à la Chambre, Giuseppe Faraone, en raison du fait – a-t-il déclaré – qu’au Parlement « un projet de loi est en discussion sur une initiative non validée par l’Institut Supérieur de la Santé ».

Quelle valeur ajoutée la thérapie motrice peut-elle apporter ? « Pour de nombreux enfants, pour de nombreux handicaps, la moto est un énorme obstacle – souligne Oddera à Adnkronos Salute – mais pouvoir se mettre « en selle » et s’enfuir signifie surmonter cet obstacle. Et cela offre une plus grande certitude de pouvoir le faire. il y a beaucoup plus de choses dans la vie que vous ne le pensez. Ensuite, la moto, c’est de l’adrénaline, elle génère des endorphines, elle vous fait du bien – il sourit – comme beaucoup d’autres choses dans la vie. Ce que nous voyons, c’est que lorsque nous entrons dans les hôpitaux avec des motos, transforme tout l’hôpital : ce n’est plus un lieu de soins, cela devient un « cirque » pour tout le monde, on s’amuse et les enfants redeviennent des enfants, non plus des patients. Même les familles se détachent de cette réalité crue et dure. et les médecins eux-mêmes et les infirmières ».

Beaucoup de temps s’est écoulé depuis 2009, lorsque tout a commencé. « Je venais de terminer une compétition internationale à Moscou, j’étais arrivé sur le podium et la fête m’attendait – dit-il – j’ai pris le premier taxi sous l’hôtel, un taxi très délabré et rouillé. Dès que je suis entré , j’ai senti une forte odeur de pisse. Même d’une manière grossière j’ai dit au chauffeur : allez, vite. Il s’est retourné, j’ai vu dans ses yeux un homme comme moi. La différence c’est que j’avais eu beaucoup plus de chance en la vie, lui moins. C’était un homme sans jambes, il avait ces commandes rudimentaires sur le volant. Ce soir-là, j’ai donné mes gains au chauffeur de taxi et je suis rentré à l’hôtel. Là, j’ai commencé à me demander ce que je pouvais faire pour changer le monde autour de moi pour le meilleur. J’ai pensé à donner ma passion aux autres. Je suis rentré chez moi, à mon camp d’entraînement, j’ai commencé à inviter des associations de handicapés de la région. Je ne m’entraînais plus seulement pour moi, mais pour les autres. Puis un L’enfant m’a demandé de monter sur la moto. Dès que nous sommes partis, il m’a dit : comme c’est agréable de sentir le vent sur son visage même quand il n’est pas là. Un monde s’est ouvert à moi. »

Pour cette raison, en pensant au feu vert de la Chambre, Oddera a écrit sur Facebook qu’il espérait « vivre une journée forte » comme celle d’aujourd’hui, puisque le premier enfant de motothérapie est monté avec lui sur sa moto. Quelle magie peut-on créer ? Pour l’expliquer, l’athlète revient sur des anecdotes : « Il y a quelques années, nous sommes allés en Sicile. Il faisait très chaud. Dans une voiture si vieille et rouillée que la peinture s’écaillait au soleil, il y avait un père, une mère et trois enfants, tous trois autistes. J’ai essayé de les faire monter sur la moto avec moi, avec le troisième cela m’a pris presque une heure et demie, mais une fois en selle, il s’est vraiment libéré. ​​Le lendemain, ma mère laissez-moi vous dire que la même nuit, le garçon a commencé à dormir seul. Lorsque vous trouvez la clé pour le comprendre, vous pouvez amener les enfants atteints de ce type de maladies à faire beaucoup de choses.

Et la « famille » de la thérapie motrice continue de s’agrandir. « Chaque week-end, nous organisons des courses ou des événements de motocross freestyle ou des démonstrations sportives. Pendant des années, quand nous allons faire ces démonstrations sportives, nous consacrons une demi-journée à la motothérapie, nous appelons les associations, nous appelons les enfants, nous nous organisons d’abord. Nous faisons ils viennent là-bas,  » nous sautons pour eux, puis nous les emmenons en moto. Nous parvenons à atteindre pratiquement toute l’Italie. En Italie, nous, l’équipe de motocross freestyle DaBoot, faisons ce truc depuis 14 ans. Mais maintenant, nous ont créé un réseau de centaines de personnes dans toute l’Italie, qui ne sont pas des pilotes, mais des personnes qui exercent différents métiers, certains comptables, certains maçons, certains menuisiers. Parce que dans tous les cas, la thérapie motrice veut envoyer ce message : donner sa qualité le temps, la passion qu’on donne aux autres. Il ne faut pas toujours que ce soit la moto, il ne faut pas se mettre en quatre pour que les autres se sentent bien », précise-t-il.

Le désir du champion, « en plus de faire tomber les barrières », était aussi de dépasser les frontières géographiques : « J’ai également choisi des groupes de coureurs du monde entier. Et ils pratiquent désormais la thérapie motrice en Espagne, en Russie, en Amérique du Sud. , en France », conclut-il.

UNE LOI SUR LA MOTOTHÉRAPIE
« Le fait qu’une loi sur la thérapie motrice puisse naître est une grande satisfaction. L’idée est qu’elle sert en attendant à protéger la thérapie motrice, qui doit être une ‘thérapie complémentaire’ gratuite. Pour tous ceux qui veulent l’utiliser : les jeunes handicapés, les enfants atteints de cancer, les hôpitaux. C’est ce qui compte le plus pour moi. » Oddera le répète plusieurs fois.

L’entrée gratuite est l’un des points, souligne-t-il. « Et puis – continue-t-il – faire en sorte que ceux qui veulent commencer ce voyage pour faire de la thérapie motrice suivent des cours et soient formés au fil du temps. Et quand ils deviennent pilotes pour amener des jeunes handicapés, ils donnent aussi une continuité au projet. Parce que maintenant , malheureusement, il y a beaucoup d’émulateurs qui le font de manière dangereuse et en plus ils le font une ou deux fois et ensuite le laissent tranquille. Cela peut conduire à une crise, peut-être, chez les enfants ou les patients qui l’essaient une fois, aimeraient le faire « 

Le oui de la Chambre à la mesure « est une grande satisfaction. Une loi serait une grande ‘finale’ pour ouvrir un nouvel avenir sur le plan social au handicap – reflète Oddera – Parce que la thérapie motrice, née en 2009 d’une idée de la mienne, c’était un peu une tête de bélier, une nouveauté qui a commencé à faire tomber pas mal de barrières. C’est vrai que toutes les belles choses qu’on trouve dans la vie sont à la portée de tous. La moto, par exemple, me donne de grandes émotions et il n’est pas juste de priver les enfants handicapés de cet objet de liberté qu’est la moto ».