Rougeole, nouvelle variante en Italie : « Elle pourrait échapper aux tests »

Rougeole, nouvelle variante en Italie : "Elle pourrait échapper aux tests"

Une nouvelle variante de la rougeole a été identifiée en Italie, qui affecte les tests moléculaires de diagnostic, les rendant moins sensibles. C’est ce que révèle une étude menée par l’Université de Milan, en collaboration avec l’Istituto Superiore di Sanità, publiée dans ‘Eurosurveillance’.

Les cinq cas

Depuis janvier 2024, 5 cinq cas de rougeole ont été confirmés dans la ville métropolitaine de Milan et ses environs en Lombardie, tous classés comme génotype D8 et considérés comme sporadiques car aucun lien épidémiologique clair entre eux n’a été trouvé.

Trois de ces cas avaient des antécédents de voyage récents : les patients avaient été en Ouzbékistan, en Thaïlande et dans le sud de l’Italie. En particulier – expliquent les chercheurs – deux de ces cas, c’est-à-dire les patients qui avaient voyagé dans le sud de l’Italie et en Thaïlande, ont été infectés par des souches MeV caractérisées par trois mutations précédemment décrites par des chercheurs suisses, coordonnés par Francisco José Pérez-Rodríguez, dans une étude également publié dans ‘Eurosurveillance’, dans le numéro du 1er février. Cette étude avait suscité l’intérêt de l’équipe de l’Université de Milan et du Département des maladies infectieuses de l’ISS, qui se lançaient alors à la chasse aux mêmes mutations. On les retrouve également en Italie, dans une zone densément peuplée, à la frontière avec la Suisse.

La mutation qui affecte le test

Les mutations se sont produites, expliquent les chercheurs italiens, dans un partie particulière de la nucléoprotéine, qui est la cible des tests rapides couramment utilisés par les laboratoires de surveillance. « Cela se traduit – soulignent-ils – par une légère perte de sensibilité du test. Aucune des 614 autres souches (453 D8 et 161 B3) détectées par notre laboratoire entre 2017 (début des activités de surveillance) et 2023 ne possédait ces mutations. Nos résultats suggèrent désormais que des virus de la rougeole avec des mutations détectées grâce à la surveillance moléculaire suisse circulent déjà en Italie, conformément aux résultats obtenus par Pérez-Rodríguez et ses collègues, qui ont signalé un cas local ayant voyagé en Italie », soulignent les chercheurs. « Notre communication confirme donc – concluent-ils – leur découverte, rapportée rapidement pour accroître la sensibilisation à la circulation d’une variante du MeV qui peut être détectée avec une sensibilité réduite par de nombreux tests de diagnostic. Et il rapporte que cette variante se propage. Il est important de mettre à jour rapidement les tests – recommandent-ils – pour détecter toutes les souches de MeV qui circulent actuellement ».