Effondrement de Florence, enquête : « Problèmes critiques et travailleurs irréguliers en Italie sur le chantier »

Effondrement de Florence, enquête : "Problèmes critiques et travailleurs irréguliers en Italie sur le chantier"

Sur le chantier où était en cours la construction du nouveau supermarché Esselunga il y avait « plusieurs problèmes critiques » dans la via Mariti à Florence. Parmi les travailleurs décédés, certains se trouvaient « dans une condition d’irrégularité quant à leur présence sur le territoire national » mais cela ne signifie pas qu’ils ne pouvaient pas avoir un contrat de travail régulier. Mais sur cet aspect « les contrôles sont toujours en cours ».

« Il s’agit d’une enquête complexe » sur l’accident du travail dans lequel cinq travailleurs sont morts, dont un est toujours porté disparu sous les décombres, tandis que trois autres ont été blessés. Le procureur général de Florence, Filippo Spiezia, a fait le point sur l’enquête lors d’une conférence de presse au palais de justice. Le dossier d’enquête, toujours impliquant des inconnus, a été ouvert pour l’hypothèse du délit d’homicide multiple aggravé par le non-respect des normes de sécurité sur le lieu de travail et de catastrophe due à un effondrement par négligence. La procédure pénale est suivie par les procureurs Francesco Sottosanti et Alessandra Falcone et personnellement par le procureur Spiezia.

D’une première reconstitution de la dynamique de l’accident, il est ressorti que « 8 ouvriers étaient présents dans la partie du chantier touchée par l’effondrementtravaillant pour 3 entreprises différentes », a précisé Spiezia. Parmi eux, un travailleur italien, « pleinement identifié », à savoir Luigi Coclite, 59 ans, résidant à Collesalvetti (Livourne), dans le hameau de Vicarello, a été « mort au moment de l’arrivée des premiers secours et des forces de police judiciaire », tandis que trois autres travailleurs, d’origine roumaine, « également aux identités vérifiées, ont été transportés à l’hôpital ».

« Quatre autres ouvriers ont été retrouvés portés disparus sous les décombres et n’ont pas encore été spécifiquement identifiés, même si leurs noms ont néanmoins été identifiés », a encore précisé le procureur. Il s’agit de Taoufik Haidar, 43 ans, qui vivait depuis l’été dernier à Chiuduno, dans la province de Bergame, après avoir vécu plusieurs années à Palazzolo sull’Oglio, une commune de la province de Brescia, à la frontière avec la province de Bergame; Mohamed El Ferhane, Marocain de 24 ans ; Bouzekri Rahimi, un Marocain de 56 ans, toujours porté disparu et dont les recherches par les pompiers se poursuivent jusqu’au bout ; Mohamed Toukabri, Tunisien de 54 ans. Ces trois derniers semblent résider à Palazzuolo sull’Oglio.

« Grâce au travail louable et ininterrompu des pompiers, les corps de trois travailleurs ont été retrouvés actuellement – a rappelé le procureur Filippo Spiezia – tandis que La recherche de la cinquième victime se poursuitrendu difficile par l’état particulier des lieux après l’effondrement, dans lesquels existent des conditions d’insécurité permanentes ».

Le procureur général de Florence a également précisé que « les opérations complexes d’identification complète des corps trouvés sous les décombres ont été lancées, également à travers des tests scientifiques pour obtenir la certitude des identifications personnelles et faire correspondre les noms avec les corps des travailleurs, qui ont été été fortement affectée par l’effondrement des matériaux cimentaires ».

Pour connaître avec certitude l’identité des quatre travailleurs maghrébins laissés sous les décombres, la contribution d’experts en génétique sera également nécessaire. « Une activité complexe a commencé pour identifier ce qui reste de ces corps de travailleurs submergés par des structures imposantes – a souligné Spiezia. Cette opération nécessite des compétences scientifiques, y compris génétiques, car certains de ces corps se trouvent véritablement dans des conditions dramatiques ».

Le enquêtesa expliqué Spiezia, « se profilent complexe à bien des égards. Des initiatives ont été rapidement adoptées pour acquérir des preuves pour la procédure, et pas seulement des preuves documentaires, afin de reconstituer les événements survenus et d’établir les responsabilités éventuelles. Évidemment, le travail d’acquisition des sources de preuves n’est pas terminé, mais nous pouvons dire que nous avons obtenu les principales données probantes dont nous aurons également besoin pour les reconstructions techniques.

Quant à la dynamique « qui a déterminé ce désastre, évidemment nous ne pouvons rien dire, tout est prématuré – a souligné Spiezia – Les données très empiriques, que nous avons obtenues lors d’une inspection, sont qu’il y avait plusieurs problèmes critiques. Ce sont des problèmes critiques qui ont le chantier ».

« Il ressort des premiers contrôles effectués que pour certains salariés, ouvriers, il y avait un condition d’irrégularité quant à leur présence sur le territoire national – a déclaré le procureur général – La question de compléter les contrôles concernant les positions contractuelles, etc. est différente. Dès lors, l’appréciation que je vous communique se limite à une simple correspondance entre la situation de ces personnes et le respect des règles d’entrée sur le territoire national ».

Le Parquet, a expliqué Spiezia, « assure la coordination des activités d’enquête menées par les forces de police judiciaire impliquées : Autorité Sanitaire Locale du Centre Toscane – Département de Prévention ; Bureau d’Inspection du Ministère du Travail ; Police Scientifique ; Escouade Volante de Florence ; Police postale, Police de la municipalité de Florence. Cette dernière assure également – avec une grande utilisation de ressources – la surveillance constante du chantier et de toute la zone, qui fera l’objet d’une saisie suite à la découverte de la dernière personne disparue. « .

Le procureur Filippo Spiezia a profité d’une conférence de presse « pour exprimer la gratitude de ce Bureau à tous les personnels de police impliqués qui travaillent avec un dévouement louable et aux pompiers, qui exercent leur délicate activité de récupération des corps des victimes et la sécurité du chantier, sans interruption ». « La collaboration de tous est requise – a-t-il ajouté – pour que, une fois les scellés posés sur la zone saisie, nous interdisions tout accès indu aux lieux, tant pour préserver leur état en vue des investigations techniques que pour éviter de nouveaux accidents. , compte tenu de l’instabilité des structures effondrées qui se trouvent sur place ».