Effondrement d’un chantier de construction à Florence, le corps de la quatrième victime retrouvé – Vidéo

Effondrement d'un chantier de construction à Florence, le corps de la quatrième victime retrouvé – Vidéo

Était le corps d’un quatrième ouvrier, victime de l’effondrement, a été retrouvé, qui a eu lieu hier matin, vendredi 16 février, sur le chantier où étaient en cours les travaux pour la construction d’un nouveau supermarché à Florence. Les recherches des pompiers se poursuivent : une personne reste portée disparue. Trois blessés, dont deux dans un état grave, hospitalisés à l’hôpital de Careggi (VIDEO).

C’est l’effondrement des combles d’un immeuble préfabriqué qui a provoqué le drame sur le chantier du nord-ouest de la ville. Quatre équipes de pompiers sont à l’œuvre depuis 9 heures du matin pour les opérations de secours. Le parquet de Florence, dirigé par le procureur général Filippo Spiezia, a entre-temps ouvert une procédure pour homicides multiples et effondrement par négligence. Le chantier a été saisi.

« Nous n’avons jamais interrompu les opérations de secours qui ont débuté hier matin à 9 heures, pas même toute la nuit. Nous espérons atteindre l’objectif », le constat du dernier ouvrier porté disparu, le cinquième, « le plus rapidement possible », ont indiqué les pompiers. directeur Luca Cari. Par ailleurs, une deuxième grue a été positionnée sur le lieu de l’effondrement qui servira à retirer les poutres en béton armé qui se sont effondrées et qui pèsent désormais dangereusement sur les décombres qui doivent être enlevés.

Qui sont les quatre victimes

Deux ouvriers marocains, âgés de 24 et 43 ans, figurent parmi les quatre victimes retrouvées dans les décombres du supermarché, puis il y a un Tunisien de 54 ans et le seul Italien, Luigi Coclite, 59 ans, un ouvrier du bâtiment des Abruzzes. , mais pour plus de trente résidents à Collesalvetti dans le hameau de Vicarello dans la région de Livourne. Trois travailleurs de nationalité roumaine sont hospitalisés à l’hôpital florentin de Careggi.

Nardella : « Il est inacceptable de mourir du travail »

« C’est inacceptable que des gens meurent à cause du travail, je ne comprends pas » a déclaré le maire de Florence, Dario Nardella.  » Je crois que toute la ville a été très touchée par cette tragédie. De mémoire, je ne me souviens pas d’un incident aussi grave survenu sur le lieu de travail dans notre ville. Une ville qui est également très attentive à la question des droits des travailleurs ». « Mais l’attention n’est jamais suffisante – a ajouté le maire – Celui où s’est produit l’effondrement est un chantier de construction privé, et il faut dire qu’il y a une grande différence dans la régulation des chantiers de travaux publics par rapport à celle des chantiers privés. Malgré cela, même pour les travaux publics, il existe de nombreuses réglementations qui ne sont pas encore aux normes pour garantir réellement la sécurité des travailleurs ».

« Ce matin, j’ai parlé au procureur Spiezia, je l’ai remercié pour le travail du parquet, nous nous sommes rendus totalement disponibles ; j’ai parlé au préfet et, évidemment, après nous ferons également le point sur la situation avec le conseil du Palazzo Vecchio avant la minute de silence, je n’ai pas eu de nouvelles des autorités gouvernementales pour le moment, mais comme je l’ai dit hier matin, j’ai été rejoint par le Président de la République, et je le remercie car une fois de plus il a fait preuve d’une grande sensibilité et d’une grande proximité avec l’ensemble de notre communauté  » et aux communautés d’origine des travailleurs ainsi qu’aux familles des victimes. Nous aurons alors également l’occasion de parler avec les autorités gouvernementales de cette situation.  »

« Nous devons savoir que le chantier est saisi, il y a une enquête en cours comme il se doit et nous attendons également l’évolution de ces enquêtes », a déclaré Nardella, faisant référence à l’enquête ouverte par le parquet sur l’hypothèse de crime d’homicides involontaires et d’effondrement par négligence. A ceux qui lui ont demandé s’il était en mesure de confirmer la rumeur selon laquelle deux des victimes étaient irrégulières et sans contrat, le maire a répondu : « Les données sur les personnes ne peuvent pas être divulguées pour le moment car il y a des enquêtes en cours, donc je je ne peux rien en dire. »

Giani : « Il y a beaucoup de colère face au drame sur le chantier »

« Il y a beaucoup de colère, mais surtout une grande volonté de ne pas voir sur notre territoire des situations qui, d’une certaine manière, donnent l’idée d’une mauvaise gestion des chantiers de construction », a déclaré le président de la Toscane, Eugenio Giani. « Florence et la Toscane ont toujours été un exemple en matière de sécurité au travail, nous y avons beaucoup investi, il y a eu des initiatives qui ont été leaders au niveau national ». À Florence, il existe un protocole de chantier transparent qui, cependant, comme l’ont dénoncé les syndicats, n’a pas été appliqué sur le chantier privé de via Mariti.

« Pour les chantiers publics, cela s’applique – a expliqué Giani – Il doit y avoir de la rigueur dans l’application également sur les chantiers privés. Dans ce cas-ci, il s’agissait d’un chantier privé, le pouvoir judiciaire nous donnera certainement des instructions sur la façon de procéder. Cependant, Je suis convaincu qu’il faut aussi créer plus de dissuasion : la notion d’homicide au travail doit entrer pleinement dans notre code pénal et en même temps, en ce qui concerne les dispositions et les lois régionales, je veux recréer ce groupe de travail que nous avions créé pour Teresa Moda de Prato de l’appliquer également aux chantiers de construction à Florence, étant donné que dans notre ville le processus de modernisation des infrastructures nous amène à voir de nombreux chantiers de construction ».

Président Esselunga Capriotti

« Nous exprimons nos profondes condoléances et notre proximité aux familles des victimes du très grave accident survenu ce matin sur le chantier de via Mariti à Florence. Nous sommes choqués par ce qui s’est passé. Le chantier en construction a été confié à une entreprise tierce. et nous sommes à la disposition des autorités pour contribuer à clarifier la dynamique de ce qui s’est passé et pour tout besoin. En signe de deuil, les magasins Esselunga de la ville de Florence seront fermés dans l’après-midi ». C’est ce qu’a déclaré Marina Caprotti, président d’Esselunga, à propos du terrible accident survenu ce matin.

Les réactions

« En mon nom et celui du Gouvernement, j’exprime mes condoléances aux victimes de l’effondrement d’une poutre survenu sur un chantier de construction à Florence ». Ainsi, sur les réseaux sociaux, la Première ministre Giorgia Meloni. « Je suis avec appréhension l’évolution de la situation et je remercie ceux qui participent aux recherches des disparus et aux opérations de secours des blessés. Nos plus sincères condoléances aux familles touchées par cette terrible tragédie », a également déclaré le Premier ministre. écrit.

« Ce n’est que maintenant, à la fin de la Commission d’ordre et de sécurité, que j’ai appris cette énorme tragédie », a déclaré le ministre de l’Intérieur Matteo Piantedosi. Et cela « c’est parce qu’il y a des gens qui sont morts, et ce serait le cas de toute façon, alors quand il y a des gens qui meurent au travail, cela offense et inquiète et crée encore plus de chagrin. On ne devrait jamais mourir au travail ».

Grève

La Fiom et l’Uilm, ainsi que la CGIL et l’Uil, ont proclamé une grève nationale de deux heures pour le mercredi 21 février, à mener dans tous les lieux de travail, y compris dans les réunions ou selon les modalités établies par le RSU. C’est ce qu’ont annoncé la Fiom et l’Uilm dans une déclaration commune après que ce matin à Florence, suite à l’effondrement d’un chantier pour la construction d’un supermarché d’Esselunga, 3 ouvriers ont perdu la vie et d’autres ouvriers sont actuellement portés disparus sous les décombres. « C’est une autre tragédie qui affecte les travailleurs, malheureusement en continuité avec la longue chaîne de décès au travail que nous enregistrons chaque jour sur tout le territoire national. En exprimant les condoléances et la proximité de tous les métallurgistes aux familles des travailleurs décédés, nous sommes visant une fois de plus à dénoncer un système d’approvisionnement et de sous-traitance qui ne garantit pas le respect des règles de protection de la santé et de la sécurité », soulignent la Fiom et l’Uilm. Notre cri d’alarme, concluent-ils, « est resté inaudible depuis trop longtemps, il n’est plus possible de le reporter, le travail et la sécurité doivent revenir au centre du débat politique, il faut trouver des solutions et non des mots ».