Famille, Ruiu (Pro Vita & Famiglia) : « A partir de là, un printemps peut recommencer pour notre société »

Famille, Ruiu (Pro Vita & Famiglia) : "A partir de là, un printemps peut recommencer pour notre société"

« Avec cet événement, nous voulions dire quel est le moment et quelles crises nous vivons en ce moment, mais aussi réaffirmer que la crise est une opportunité. Ainsi, là où nous avons tous trouvé les limites à dépasser, les limites à retenir, comment protéger nos enfants, nous nous sommes également souvenus qu’il y a de l’espoir, que personne ne peut nous enlever et que celui de la famille, berceau de la vie, un le printemps peut recommencer pour notre société ». C’est ce qu’a déclaré Maria Rachele Ruiu, porte-parole de Pro Vita & Famiglia onlus, à l’occasion de l’événement intitulé « Famille et éducation, capitalisme et marchandisation », qui a eu lieu dans la salle Rossi Monti de la bibliothèque Carducci de Città di Castello, Pérouse, organisé par Pro Vita & Famiglia onlus et Persona&Persone.

« Cela m’étonne, mais je suis aussi heureux des moments de convergence que nous avons eu aujourd’hui, car lorsque nous sommes en difficulté, les rangs se resserrent et il est sans équivoque qu’il est très important et nécessaire de sauvegarder ce que nous avons de plus précieux : nos enfants. Nous sommes ici pour l’amour de nos enfants – souligne Ruiu – et c’est précisément l’amour pour nos enfants qui est le moteur pour leur redonner un monde plus juste, un monde où personne n’est laissé pour compte et où la vérité et la réalité ne sont pas caché derrière des idéologies ou derrière des mécanismes médiatiques ».

Au cours de la réunion, la porte-parole de Pro Vita & Famiglia a abordé le thème des fractures qui ont touché la famille : « Il y a eu une fracture entre la sexualité et le mariage, la procréation, l’amour et la personne. Si je peux être n’importe qui et si je peux avoir quelqu’un en face de moi, comment puis-je nouer une relation émotionnelle authentique qui puisse conduire au bon sens ? La bonne nouvelle est que même si une pensée faible est une imposition d’en haut, une pensée forte doit être témoin. Nous partons d’ici en sachant que quelque chose peut être fait. Ils veulent nous apprendre que tout progrès scientifique est bon. »

« En préparant un événement différent de celui-ci, j’ai essayé d’expliquer l’histoire de l’Église depuis 1600 jusqu’au Concile Vatican II. Sortis du Moyen Âge, nous avons construit l’illusion que l’homme pouvait désobéir à la Création, nous avons construit un Surhomme individualiste qui faisait disparaître socialement Dieu. Avec la primauté de la Raison, une opposition à Dieu s’est créée, nous avons fermé les Cieux et embrassé seulement le monde. de l’empirisme », conclut-il.