« Fausse publicité avec l’IA », la plainte du dermatologue

"Fausse publicité avec l'IA", la plainte du dermatologue

« Si vous lisez sur Internet des remèdes miracles proposés par des médecins ou des personnes connues, méfiez-vous. Le médecin mentionné » comme « associé au produit ne le sait peut-être pas. Malheureusement, ce sont de véritables arnaques. » Le dermatologue Antonino Di Pietro a voulu avertir le plus grand nombre avec un article publié sur ses profils de réseaux sociaux il y a quelques semaines à peine. L’expert, qui travaille dans un centre à Milan, est un visage connu. Jusqu’à présent, ce qu’il a rapporté est assez fréquent. Il suffit de penser à l’infectiologue Matteo Bassetti et à son image illicitement apposée sur la promotion de traitements prodigieux pour diverses pathologies. Des pratiques qu’il dénonce depuis quelques temps déjà. En effet, c’est devenu son combat personnel. Mais dans le cas de Di Pietro, il y a plus : aujourd’hui, la blouse blanche a pu constater par elle-même la tromperie de l’intelligence artificielle utilisée avec de mauvaises intentions.

« Ce matin, un patient m’a envoyé une vidéo publiée sur une page Facebook, me complimentant. Quand je l’ai vue, c’était troublant », raconte-t-il à Adnkronos Salute. Dans la vidéo, nous voyons Di Pietro vanter les propriétés d’un prétendu médicament, illustrant le cas d’une femme qui a été guérie d’un champignon dévastateur en seulement 3 jours. C’est dommage qu’il « n’ait jamais prononcé ces mots », et qu’il n’ait visiblement jamais pris soin du patient en question. Bref, témoignage à son insu. C’est la dernière frontière de la manipulation d’images. Et Di Pietro a voulu tirer la sonnette d’alarme : « Ma voix a été reconstruite grâce à l’IA pour faire la publicité d’un produit que je ne connais pas et qui n’existe peut-être même pas. Le but de ces escroqueries n’est peut-être pas de vendre les produits, qui si tout va bien, ils ne servent à rien, mais ils volent même les données de carte de crédit fournies par ceux qui décident de les acheter ».

Pour créer le faux, Di Pietro reconstitue « quelqu’un a pris une de mes vidéos il y a quelques années », disponible en ligne. « Ils l’ont retravaillé et ajouté de l’audio. Si vous le regardez attentivement, vous vous rendrez peut-être compte qu’il ne correspond pas parfaitement à mes lèvres, mais cela peut être trompeur. Et ce qui est troublant, c’est que le timbre ressemble au mien, et donc la cadence. Donc l’IA a copié ma façon de parler, et c’est incroyable. Dans certains passages, la voix devient un peu métallique, robotique, mais ceux qui ne me connaissent pas bien ne le remarquent pas.

L’audio attribué au médecin regorge de détails et d’exclamations même un peu exagérées et peu techniques : le patient « ne pouvait pas marcher, j’étais horrifié », est par exemple un passage de la fausse vidéo. Ou encore : « Nous avons commencé un traitement avec le nouveau médicament et le résultat m’a également surpris. » En bref, reflète le spécialiste, « l’un des problèmes de l’intelligence artificielle est qu’elle devient également précieuse pour les criminels. Ce matin, j’ai immédiatement contacté la police postale et ils ont déjà envoyé un avis à Facebook pour bloquer ce site, qui J’ai appris qu’il était basé au Panama. »

« Et le problème – continue Di Pietro – c’est qu’ils font une véritable campagne publicitaire car, en plus de ce site, circule une photo de moi, avec une interview écrite par un journaliste qui aurait toujours de mes nouvelles sur ce produit pour mycose. Tout est faux. Ce qui me semble encore plus inquiétant, c’est que ce produit ne semble même pas exister. Donc, comme on m’a expliqué, l’intention n’est pas de le vendre. Dans le meilleur des cas, on achète le produit. et puis il n’arrive jamais, donc seul l’argent pour l’achat unique a été volé. Mais, dans le pire des cas, il pourrait y avoir des escroqueries plus importantes derrière cela. Et le but, une fois les détails de la carte de crédit volés, pourrait être de enlever plus d’argent ».

« Il s’agit d’une forme de délinquance de plus en plus avancée », insiste le dermatologue. « C’est préjudiciable aux personnes et aussi au médecin, qui risque d’être dénoncé ou signalé à l’Ordre si, ignorant l’existence de ce matériel, il ne se désolidarise pas publiquement en dénonçant qu’il s’agit d’un faux. En fait, nous ne pouvons pas faire de la publicité pour les médicaments. Je me distancie donc publiquement de cette chose.