Grippe aviaire, risque de nouvelle pandémie ? « Le virus est préoccupant et doit être surveillé »

Grippe aviaire, risque de nouvelle pandémie ?  "Le virus est préoccupant et doit être surveillé"

« Certainement le virus » dela grippe aviaire « Le H5N1 est préoccupant et doit être surveillé. Ce qui est préoccupant » par exemple dans le cas signalé aux USA, au Texas, « c'est que des bovins ont été infectés, donc il y a eu un saut d'espèce par rapport au virus d'origine. L'humain Il s'agit d'un cas d'élevage. Comme cela s'est produit dans d'autres cas, il n'y a donc toujours aucune trace de transmission interhumaine. Bien sûr, nous devons surveiller, nous devons prêter attention à ce virus car il peut d'une manière ou d'une autre donnez-nous des surprises. Cela a été souligné dans Adnkronos Salute le virologue Massimo Clementi.

« Il existe depuis un certain temps un contrôle très strict, peut-être en tenant compte des expériences antérieures – observe l'expert, commentant également le rapport des autorités européennes ECDC et EFSA -. Surtout, les soins vétérinaires exercent véritablement une activité de contrôle digne d'éloges. , car tout ce qui est là sort. C'est évidemment une activité un peu favorisée par le fait que les élevages sont mieux contrôlés que la faune sauvage, mais en tout cas il y a certainement un très bon contrôle. Maintenant il est certainement nécessaire de maintenir la vigilance et d'essayer d'élaborer soigneusement les garde-fous à mettre en place s'il est nécessaire de limiter les dégâts de la transmission interhumaine. Parce qu’au départ, même la transmission interhumaine se produit dans de petites communautés, dans de petites zones et devrait y être stoppée. C’est possible s’il y a les moyens de le faire. Il est clair que c'est très important. »

Le risque de pandémie

Quels sont les facteurs qui pourraient nous exposer à un plus grand risque de pandémie ? « Il y en a plusieurs – analyse le virologue qui a dirigé pendant des années le Laboratoire de Microbiologie et Virologie de l'hôpital San Raffaele de Milan -. Par exemple cet élément du passage d'espèce à espèce », qui s'observe de plus en plus fréquemment. « Comme on le sait, l'espèce d'origine de ce virus est l'espèce aviaire, ou plutôt il existe différentes espèces aviaires. Mais maintenant de petits foyers épidémiques sont observés chez différents animaux, toujours issus du bétail. Cela suppose un saut d’espèceune adaptation du virus à ces nouvelles conditions de croissance et suppose également une capacité à faire évoluer génétiquement les protéines externes du virusdans les gènes des protéines externes du virus qui font preuve d'une remarquable adaptabilité ».

Clementi conclut donc : « nous devons prêter attention à ce virus qui était déjà l'un des suspects, je dirais peut-être plus suspect que d'autres comme agent possible d'une future pandémie de virus grippal. Ce ne serait pas la première « pandémie de grippe » et ce ne serait peut-être pas la dernière. Il y en a eu d'autres et parfois c'étaient des alarmes qui tournaient un peu mal. Tout le monde se souvient du virus A/H1N1, appelé « grippe porcine ». Ce virus était dû à un mélange de différents virus de la grippe, il est devenu humain mais ne suscite toujours pas de grandes inquiétudes car il s'agit d'un virus très atténué du point de vue de la pathogénicité. Dans tous les cas, un risque de pandémie est possible.

Pregliasco : « Danger et terreur non, attention oui »

« Danger et terreur, non, mais attention, oui. » C'est le mot d'ordre face au risque aviaire pour l'épidémiologiste Massimo Ciccozzi. « Prévention et surveillance », recommande l'expert consulté par Adnkronos Salute. « Le virus est passé des oiseaux aux mammifères. Maintenant, ce qu'il faut éviter, c'est qu'il circule entre les mammifères. Parce que s'il mute ou procède à un réassortiment génétique – prévient-il – personne ne nous dit que, une fois passé à l'homme, il ne peut pas être une transmission interhumaine ».

Après le cas de grippe aviaire identifié au Texas chez un travailleur du secteur laitier qui a été en contact avec des bovins infectés, « avant tout nous devons être calmes – a déclaré Ciccozzi – car depuis 2002 la transmission interhumaine » de cette infection  » cela n'a pas encore été démontré. Mais nous ne devons pas baisser la garde, nous devons la maintenir à un niveau élevé de prévention – prévient l'épidémiologiste – pour éviter la circulation entre mammifères. Et il est clair que nous avons besoin de surveillance, c'est-à-dire que nous devons commencer à comprendre ce que se passe entre les animaux ».

« Nous savons que le virus « aviaire » peut passer de l'animal à l'homme – rappelle le spécialiste – L'homme peut déjà être infecté par l'animal, mais nous devons nous assurer qu'il ne contracte pas une infection par un virus aviaire muté. clade » du H5N1 qui inquiète les experts aux États-Unis, où le pathogène infecte les vaches laitières dans plusieurs États, est « particulièrement observé : si celui-ci se réadapte ou mute, en passant continuellement entre les mammifères – réitère Ciccozzi – rien ne nous dit qu'alors cette mutation, une fois qu'elle atteint l'homme , ne peut pas lui faire faire la transition d'homme à homme ». C'est le danger à éviter.

Andreoni : « L'adaptation du virus suscite des inquiétudes »

« Il existe dans la littérature des centaines de cas d'infections H5N1 passant des oiseaux à l'homme. Il est certain que ce passage aux USA d'un mammifère à l'homme est un signe d'adaptation du virus qui suscite des inquiétudes. » Ainsi à Adnkronos Saluons Massimo Andreoni, directeur scientifique de Simit, la Société italienne des maladies infectieuses et tropicales, commentant le deuxième cas de grippe aviaire aux États-Unis.

Le virus de la grippe aviaire H5N1 pourrait-il être la prochaine maladie X provoquant une pandémie ? « La mortalité de ce virus est d'environ 50%, donc il pourrait s'agir d'une maladie d'environ 30%. Il est clair que si leur transmission interhumaine était possible, ce qui n'a pas encore été confirmé, ils pourraient être très nocifs. »