Internet, 70% des 8-16 ans utilisent les réseaux sociaux et le streaming, en ligne jusqu’à 3h par jour

Internet, 70% des 8-16 ans utilisent les réseaux sociaux et le streaming, en ligne jusqu'à 3h par jour

Ils passent une à trois heures en ligne par jour, une sur cinq pendant quatre heures, et ils peuvent s’exprimer de quatre manières lorsqu’ils sont en ligne : agité, exploratoire, performatif et renfermé. Il s’agit de la photographie de mineurs entre 8 et 16 ans réalisée par une étude promue par le Ministère des Affaires et Made in Italy avec la collaboration scientifique du Lycée en Médias, Communication et Divertissement de l’Université Catholique. 94% utilisent un smartphone, sept sur dix (la moitié entre 8 et 10 ans) utilisent régulièrement les réseaux sociaux et les plateformes de streaming. Les résultats de l’enquête « L’éducation aux médias et au numérique pour protéger les mineurs : comportements, opportunités et craintes des surfeurs de moins de 16 ans » ont été présentés aujourd’hui à l’Université catholique de Milan.

L’échantillon de recherche est composé de 1 677 enfants âgés de 8 à 10 ans et adolescents âgés de 14 à 16 ans, représentatifs par sexe, âge, zone et taille de la commune de résidence. Parmi eux, 600 ont participé à la phase exploratoire visant à collecter les différents types d’expériences en ligne (positives et négatives) avec des questions ouvertes. À partir de ces résultats, un questionnaire web a été créé pour les autres phases de l’enquête : 1 000 personnes ont été interrogées en ligne, 57 ont rempli un journal de consommation quotidien et 20 ont participé à des groupes de discussion collaboratifs. Par ailleurs, 1 000 contenus médiatiques ont été signalés par des mineurs et analysés par des chercheurs.

La plupart des très jeunes restent en ligne une à trois heures par jour, un sur cinq pendant plus de quatre heures en utilisant divers outils : réseaux sociaux, messageries et plateformes de streaming. Selon l’enquête, diverses raisons poussent les enfants, quelle que soit leur tranche d’âge, à passer beaucoup de temps en ligne : d’abord le besoin d’accompagnement pour se calmer et contenir les émotions négatives, puis la soif de connaissances et de divertissement et la la recherche de sensations fortes, chargées d’adrénaline, enfin le besoin de socialiser et de performer. Nous finissons donc par être presque toujours connectés. 94 % des enfants de 8 à 16 ans utilisent un smartphone (68 % en possèdent un personnel, 28 % l’ont reçu avant 10 ans et 25 % après 11 ans). Les mineurs eux-mêmes sont conscients d’une consommation excessive, comme le déclare un cinquième de l’échantillon, et cette part s’élève à 28% chez les 14-15 ans, notamment parmi les insatisfaits et chez les filles. Le smartphone « me distrait quand je fais mes devoirs, il me distrait de tout le monde… alors je le mets juste dans une autre pièce… parfois j’ai envie de le mettre dans une boîte et de l’y laisser », raconte une personne interrogée.

Sept enfants sur dix (la moitié entre 8 et 10 ans) utilisent régulièrement les réseaux sociaux et les plateformes de streaming. Les utilisateurs augmentent pendant la préadolescence et l’adolescence. Chaque réseau social a son rôle spécifique : Instagram sert à naviguer et interagir, Tik Tok pour se laisser porter, Facebook pour lire les commentaires plutôt que regarder. De manière générale, les plateformes de streaming (YouTube, Amazon Prime Video et Netflix, mais aussi Svod et Avod) sont utilisées au sein de la famille, ou seul dans la chambre et beaucoup moins entre amis, hors de la maison et à l’école. Parmi les plateformes de messagerie – ressort de la recherche – Whatsapp s’est avéré essentiel comme moyen le plus rapide de communiquer, de créer des communautés et d’échanger du matériel. Les utilisateurs réguliers sont à 93% des 14-15 ans, 89% des 11-13 ans et 60% ont entre 8 et 10 ans.

Pour les mineurs, Internet n’est pas sans risques. Quatre personnes interrogées sur dix racontent des expériences négatives, dont plus de la moitié chez des adolescents avec une incidence particulière parmi les plus fragiles et les plus présents en ligne. La majorité a récemment vu au moins une fois des contenus inappropriés sur l’un des réseaux sociaux mentionnés, mais les plus petits en particulier ont été confrontés à des événements critiques sur Youtube. En outre, les personnes interrogées ont exprimé une confiance totale dans Whatsapp, Instagram et Pinterest (et suivis dans le classement par Telegram, Twitch et Discord), dans les plateformes Netflix et Amazon Prime Video, et deuxièmement dans Rai Play et Disney+ (pas dans le plus populaire YouTube). ).

Concernant les formes de limitation et de contrôle de l’utilisation des smartphones par les parents, environ 8 sur 10 les utilisent en profitant des limiteurs, comme le contrôle parental, proposés par les plateformes et les appareils. Plus d’un tiers des garçons et des filles sont contrôlés : de 49 % des 8-10 ans à 20 % des 14-15 ans. Mais – préviennent les experts – un contrôle excessif pourrait entraver le développement des compétences et de l’autonomie, rendant la navigation moins critique et plus risquée. Environ un quart de l’échantillon (qui tombe à 17 % des adolescents) déclare n’avoir jamais eu d’expériences négatives sur les réseaux sociaux, tandis que 42 % (53 % des adolescents) signalent des expériences graves et répétées. Les plus exposés sont ceux qui ont tendance à partager des contenus et des informations personnelles avec des inconnus, les sujets les plus fragiles comme les personnes handicapées ou ceux qui expriment moins de bien-être sur toutes les dimensions étudiées, les utilisateurs réguliers des réseaux sociaux, les hyperconnectés et les des joueurs intensifs, mais il existe également une légère prédominance territoriale qui pénalise les habitants des grandes villes et du sud de l’Italie, plus enclins à utiliser précocement les smartphones et les réseaux sociaux.