Israël, Netanyahu : « Nous contrôlons Gaza et la Cisjordanie, jamais un État palestinien »

Israël, Netanyahu : « Nous contrôlons Gaza et la Cisjordanie, jamais un État palestinien »

« Avec ou sans accord final, Israël conservera un contrôle total en matière de sécurité sur toute la zone à l’ouest du (fleuve) Jourdain. » Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu l’a déclaré dans des déclarations reproduites par le Jerusalem Post. « Cela – a-t-il souligné – inclut la Judée et la Samarie (Cisjordanie) et la bande de Gaza ».

Tout le monde sait ça C’est moi qui ai bloqué la création d’un État palestinien pendant des décennies ce qui mettrait en danger notre existence », a déclaré le Premier ministre israélien, annonçant qu’il présenterait ce soir à la Knesset un texte dans le sens de celui approuvé hier à l’unanimité par le gouvernement dans lequel les diktats internationaux sont « catégoriquement rejetés » qui cherchent à promouvoir l’État palestinien.

Selon les médias locaux, Netanyahu a déclaré que ces derniers jours, Israël était confronté à de nouvelles pressions, en particulier « une tentative de nous imposer la création unilatérale d’un État palestinien ». Le Premier ministre s’est dit certain que le texte recevrait un large soutien de la Knesset et « montrera au monde que Il existe un large consensus en Israël contre les efforts internationaux visant à nous imposer un État palestinien. ».

Pendant ce temps aujourd’hui Les bombardements israéliens ont touché la région de Ghaziyeh, au Liban, à environ cinq kilomètres au sud de Sidon.. C’est ce qu’ont rapporté les médias du Pays des Cèdres. Certaines sources parlent d’au moins huit blessés. La région de Ghaziyeh est située à environ 30 kilomètres au nord de la frontière entre le sud du Liban et Israël.

Selon les dernières nouvelles, au moins deux raids de chasseurs israéliens ont touché la zone industrielle de Ghaziyeh. Les forces israéliennes (FDI) ont quant à elles confirmé avoir frappé « des dépôts d’armes du Hezbollah près de Sidon »..

L’opération à Rafah

Concernant l’opération militaire sur Rafah, le ministre israélien de la Guerre, Benny Gantz, a déclaré qu’elle se poursuivrait comme prévu à moins que les otages israéliens toujours dans la bande de Gaza ne soient libérés d’ici le début du Ramadan, le mois sacré de l’Islam, qui débutera en mars. dix. « Si nos otages ne sont pas rentrés chez eux d’ici le Ramadan, les combats continueront dans la région de Rafah », a déclaré Gantz, indiquant, pour la première fois, le calendrier d’une opération dans la ville du sud de la bande de Gaza.

Les États-Unis au projet de résolution de l’ONU : « Cessez le feu dès que possible »

Les États-Unis ont proposé un projet de résolution au Conseil de sécurité de l’ONU soulignant le « soutien de l’institution à un cessez-le-feu temporaire à Gaza dès que possible ». Le texte, rapporte Sky News, souligne également qu’une offensive terrestre majeure à Rafah, comme celle annoncée par Israël, entraînerait « des dommages supplémentaires aux civils et leur déplacement supplémentaire, potentiellement également dans les pays voisins ». Une telle démarche, poursuit le projet de résolution, « aurait de graves implications pour la paix et la sécurité régionales » et ne devrait pas avoir lieu « dans les circonstances actuelles ». Washington a rédigé le texte après que l’Algérie a demandé au Conseil de sécurité de voter demain un projet de résolution appelant à un cessez-le-feu humanitaire immédiat entre Israël et le Hamas. On ne sait pas encore si le document américain sera soumis au vote.

Sur les 27 États membres de l’UE, « vingt-six » sont d’accord sur une déclaration qui, entre autres, appelle à une « pause humanitaire immédiate » dans la guerre en cours dans la bande de Gaza, conduisant à un « cessez-le-feu durable », a déclaré le Haut-Commissaire de l’UE. Le représentant Josep Borrell, lors d’une conférence de presse à Bruxelles.

Israël limite l’accès aux mosquées de l’Esplanade, le Hamas appelle à la mobilisation

Dans le même temps, le Hamas a rejeté ce qu’il a qualifié de « décision criminelle » d’Israël visant à « limiter l’accès des Palestiniens à la mosquée Al-Aqsa pendant le Ramadan ». La fermeture du Mont du Temple aux Palestiniens favorise, affirme le Hamas dans un communiqué,  » « le crime sioniste et la guerre de religion menée par le groupe de colons extrémistes du gouvernement d’occupation terroriste contre notre peuple palestinien et la violation de la liberté de culte dans la mosquée bénie d’Al-Aqsa ».

C’est pourquoi le Hamas demande à « notre peuple palestinien dans les territoires occupés, à Al-Quds (Jérusalem, ndlr) et en Cisjordanie occupée, de rejeter cette décision criminelle, de résister à l’arrogance de l’occupation » et de  »mobilisez-vous, allez et restez dans la mosquée bénie d’Al-Aqsa ».

Par ailleurs, le Hamas prévient Israël que « tout dommage causé à la mosquée Al-Aqsa ou à la liberté de culte qu’elle contient ne sera pas sans conséquences » et annonce une « intifada bénie et une explosion face à l’injustice, à l’arrogance et à l’agression ». .

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il avait pris une « décision équilibrée » concernant l’accès des fidèles palestiniens à la mosquée Al-Aqsa pendant le mois sacré du Ramadan. Comme l’explique son bureau, Netanyahu a décidé que « la liberté de culte sera autorisée dans les limites des besoins de sécurité ».

Aucun détail n’a été fourni sur les limites envisagées. Israël fixe souvent des limites dans lesquelles les fidèles peuvent accéder à la mosquée Al-Aqsa, comme l’âge. L’objectif déclaré par les autorités est d’éviter que des épisodes de violence n’éclatent dans la mosquée, qui fait partie d’un complexe sacré également pour les juifs.

Gaza : plus de 100 Palestiniens tués en 24 heures

Au cours des dernières 24 heures dans la bande de Gaza, 107 Palestiniens ont perdu la vie et 145 ont été blessés à cause des raids aériens israéliens. C’est ce que l’on lit dans le dernier bulletin du ministère de la Santé de la ville de Gaza. Cela porte le nombre de Palestiniens tués à 29 092 et de blessés à 69 028 depuis le début des représailles israéliennes contre l’attaque du Hamas le 7 octobre.

Les dernières attaques israéliennes ont également fait 16 morts dans la ville de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, tandis que cinq autres Palestiniens ont été tués dans le nord de l’enclave palestinienne.