Julian Assange, l’audience s’est terminée mais la Haute Cour de Grande-Bretagne n’annonce pas la sentence

Julian Assange, l'audience s'est terminée mais la Haute Cour de Grande-Bretagne n'annonce pas la sentence

L’L’audience finale de la Haute Cour britannique sur l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis est désormais terminée, mais le verdict final n’a pas été rendu public., ni comment ni quand cela se fera. C’est ce qu’Adnkronos apprend de sources anglaises. Un report qui crée une attente supplémentaire pour le prisonnier de Belmarsh, qui n’a pas non plus comparu devant le tribunal aujourd’hui, restant pour des raisons de santé dans la prison à sécurité maximale de Londres, connue sous le nom de Guantanamo anglais.

Avocats américains : « Il a mis des vies en danger, il doit être extradé pour qu’il soit traduit en justice »

Les avocats James Lewis et Claire Dobbin, qui représentaient les États-Unis, ont déclaré qu’Assange « avait mis des vies en danger » en divulguant des documents américains classifiés et qu’il devrait être extradé pour qu’il soit confronté à la justice américaine. Dobbin a notamment souligné que la demande d’extradition du journaliste australien Assange est motivée par ses actes présumés et non par ses idées politiques. Et il ajoute que certaines sources citées dans les documents rendus publics par Assange ont subi de « profondes conséquences », notamment des arrestations, des pertes de biens matériels, des menaces et du harcèlement.

« Ce n’était pas un lapsus ou une erreur, il s’agissait de la publication d’une grande quantité de documents classifiés », a déclaré Dobbin lors de l’audience. Dans des déclarations écrites, Dobbin et James Lewis KC ont décrit la fuite comme « l’une des plus grandes divulgations d’informations classifiées dans l’histoire des États-Unis ». De plus, « en publiant ces informations sur le site Wikileaks », Assange « a fait courir un risque sérieux que les sources mentionnées puissent subir de graves dommages physiques ». Dobbin a ensuite noté que « l’administration américaine a évidemment changé au cours de cette procédure, mais néanmoins l’accusation contre l’appelant (Assange, ndlr) reste valable. Parce qu’elle est basée sur le droit et les preuves, et non sur la politique ».

New York manifeste pour Assange, l’actrice Susan Sarandon venant également à sa défense

Depuis hier, des partisans de Julian Assange se sont rassemblés devant le consulat britannique à New York, situé au 885 Second Avenue et 47th Street, à Manhattan. Le rassemblement est organisé par divers groupes, dont NYC Free Assange, Assange Defence et CODEPINK. L’agence International Pressenza le rapporte. Une foule hétérogène manifestant sa solidarité avec Assange, notamment avec des banderoles, des chants et des discours ; les manifestants réclament justice pour le fondateur de WikiLeaks et parmi les personnes rassemblées à Manhattan, l’actrice et productrice de films Susan Sarandon, qui a toujours combiné engagement civil et politique avec sa profession, prend également la parole. Il parle de la nécessité de défendre la liberté de la presse et le droit des citoyens de connaître les actions des gouvernements.

Un mouvement mondial se rassemble pour le prisonnier de Belmarsh : de New York à Londres en passant par l’Australie, de plus en plus de voix s’opposent à ce que beaucoup perçoivent désormais comme une atteinte aux libertés fondamentales et au droit des citoyens à connaître la vérité.

Conte : « Non à l’extradition, nous allons manifester »

« Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur le cas d’Assange. Nous parlons d’un défenseur de la liberté de la presse qui est privé de sa liberté personnelle depuis 15 ans et risque 115 ans de prison en cas d’extradition. Et c’est pour cette raison que nous disons non à son extradition et aimerions que tous les journalistes et toutes les forces politiques serrent le poing. Pour cela, nous organiserons une manifestation – a déclaré Giuseppe Conte en direct sur Facebook – Nous devons garantir que la liberté de la presse soit défendue partout ».