Constipation à long terme : causes et solutions

Constipation à long terme : causes et solutions
Do vous faites caca comme sur des roulettes, ou êtes-vous sauvegardé (pardonnez le jeu de mots) régulièrement ? Si les selles quotidiennes font rêver, sachez qu’atteindre cet objectif ne soulagera pas seulement l’inconfort digestif ; cela peut également soutenir la santé cognitive à long terme.

Selon une étude présentée lors de la conférence internationale de l’Association Alzheimer en juillet, la constipation chronique (c’est-à-dire ne pas aller à la selle pendant plus de trois jours) était associée à un risque 73 % plus élevé de déclin cognitif subjectif, soit l’équivalent de trois ans de vieillissement cognitif avancé, par rapport aux participants qui avaient un seul BM par jour.

Pour découvrir cette information, nous avons contacté Kenneth Brown, MD, un gastro-entérologue certifié basé à Plano, au Texas. À venir, voyez si la constipation aggrave réellement la fonction cognitive et comment obtenir un réel soulagement du blues cérébral-intestinal en un rien de temps.

Le lien entre la constipation à long terme, la cognition et l’humeur

Selon le Dr Brown, la constipation ne provoque pas directement de troubles cognitifs. Au lieu de cela, il est symptomatique de causes sous-jacentes, telles que :

  • Effets secondaires des médicaments
  • Déshydratation
  • Problèmes de santé sous-jacents, tels que l’hypothyroïdie

De plus, il affirme que des recherches récentes illustrent que les déséquilibres intestinaux (ou dysbiose) sont souvent en jeu lorsque la constipation et les problèmes cognitifs se croisent. « Avec un microbiome sain, les métabolites bioactifs anti-inflammatoires réduisent l’inflammation et peuvent traverser la barrière hémato-encéphalique », explique le Dr Brown. « C’est exactement le contraire qui se produit lorsqu’un intestin enflammé peut produire des cytokines inflammatoires. Ceux-ci peuvent avoir un effet direct en traversant la barrière hémato-encéphalique, entraînant une inflammation localisée dans le cerveau, entraînant une diminution de la production de transmetteurs neurologiques et une augmentation du stress oxydatif.

Lorsque les niveaux de GABA, de sérotonine et de dopamine chutent en raison d’une inflammation chronique, la fonction cognitive peut être affectée si cette situation se poursuit à long terme. « Au fil du temps, cela peut entraîner des dépôts de protéines amyloïdes et des enchevêtrements neurofibrillaires, entraînant un risque accru de démence », explique le Dr Brown.

Cependant, ce n’est pas seulement votre capacité à traiter et à mémoriser les informations qui est en jeu. « Lorsqu’une personne souffre de constipation, cela peut déclencher une série d’effets sur le bien-être général et affecter indirectement le cerveau », explique le Dr Brown. « L’inconfort et les ballonnements associés à la constipation peuvent entraîner des troubles de l’humeur, susceptibles d’amplifier les niveaux de stress et d’anxiété. » En termes simples, la constipation à long terme peut créer un effet domino qui peut également avoir un impact négatif sur votre santé mentale, votre humeur et votre énergie.

4 conseils révolutionnaires pour surmonter la constipation à long terme

Surtout, si vous souhaitez garder votre intestin et votre cerveau en bonne forme pour les années à venir, ne vous attardez pas à traiter les signes et symptômes : les soins préventifs sont essentiels. « Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer commencent souvent à avoir des problèmes gastro-intestinaux, en particulier des ballonnements et de la constipation, plusieurs années avant de développer une démence », explique-t-il. D’un autre côté, ce n’est pas parce que vous êtes constamment constipé que vous êtes assuré de souffrir de troubles cognitifs à court ou à long terme. Le fait est qu’il est toujours payant d’être proactif.

Naturellement, faire de la constipation un souvenir perdu depuis longtemps est plus facile à dire qu’à faire. Mais vous avez de la chance : le Dr Brown a des idées surprenantes et des conseils pratiques pour faire des progrès significatifs qui profiteront à la fois à vos selles et à la santé de votre cerveau.

1. Trouvez la cause sous-jacente

«C’est peut-être le canari dans la mine de charbon», déclare le Dr Brown. Cependant, avec l’aide de votre équipe soignante, vous pourrez peut-être déterminer ou exclure des causes spécifiques de constipation, comme les effets secondaires des médicaments ou les déséquilibres thyroïdiens. Si vous obtenez le feu vert à ce sujet, vous découvrirez peut-être que vous souffrez en fait de dysbiose ou d’inflammation intestinale et pourrez alors apporter les ajustements appropriés à votre régime alimentaire et à votre mode de vie.

2. Soyez stratégique avec votre apport en fibres

Bien que les fibres soient un allié pour beaucoup – et que la majorité des Américains n’en consomment pas suffisamment quotidiennement – ​​elles peuvent en réalité être un ennemi pour ceux qui souffrent de constipation. « Si vous n’avez pas un microbiome intestinal sain, les fibres peuvent cause ballonnements et inconfort », prévient le Dr Brown. Plus précisément, il cite les fibres insolubles (dont les principales sources comprennent les grains entiers et les légumes crucifères comme le chou de Bruxelles, le brocoli et le chou-fleur) comme déclencheur potentiel, en particulier pour les personnes souffrant d’une prolifération bactérienne de l’intestin grêle, alias SIBO.

« Si vous n’avez pas un microbiome intestinal sain, les fibres peuvent cause ballonnements et inconfort.
—Kenneth Brown, MD, gastro-entérologue certifié

Pour contourner ce problème, il suggère d’opter pour la cosse de psyllium, un type de fibre soluble qui se dissout dans l’eau. Intégrez-le à votre alimentation à petites doses, augmentez progressivement votre consommation et buvez beaucoup d’H2O pour éviter de nouveaux inconforts digestifs.

3. Nourrissez votre microbiome (et votre esprit) avec des polyphénols

Mis à part un apport plus conscient en fibres, le Dr Brown souligne à quel point il est important d’avoir des polyphénols complexes de grande taille dans votre alimentation. « Notre microbiome métabolise ces gros polyphénols en de nombreux métabolites bioactifs, notamment des molécules anti-inflammatoires, anti-âge et de promotion », partage-t-il. « Une étude clinique a examiné comment l’un des polyphénols les plus gros et les plus complexes, le quebracho colorado et la châtaigne, produisait des métabolites plus bénéfiques que l’inuline, l’étalon-or (des fibres solubles). »

Les fruits et légumes, les épices, le thé et le café (!) sont également d’abondantes sources de polyphénols ; les grains entiers et les légumineuses font également la différence. De plus, la consommation de polyphénols est associée à des bénéfices cognitifs (bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour établir des liens concluants).

4. Préparez-vous pour « le départ »

Pour aider à éliminer la constipation, le Dr Brown dit que vous voudrez profiter du réflexe gastrocolique… qui est quoi exactement ? «Lorsque un liquide ou un solide atteint votre estomac, cela envoie un signal à votre côlon indiquant que vous devez faire de la place pour la nourriture de la journée», explique-t-il. « La clé ici est de ne pas ignorer cette envie d’aller (et de) planifier autour de ce processus physiologique. » Fondamentalement, lorsque votre corps vous dit qu’il est temps de faire caca, vous devriez avoir la capacité de le faire.

Le Dr Brown donne l’exemple de la consommation de café, qui peut stimuler les BM, pendant votre trajet. Si vous buvez une gorgée dans le métro ou dans votre voiture et résistez régulièrement à l’envie de faire caca, « cela peut entraîner votre côlon à ne pas partir, conduisant à une constipation chronique », prévient le gastro. Pour éviter ce problème, essayez de boire votre café à la maison ou une fois arrivé sur votre lieu de travail où vous pouvez accéder à des toilettes.

Conseil d’adieu : le Dr Brown suggère d’investir dans un repose-pieds pour votre salle de bain à domicile afin de faciliter des selles plus efficaces. (Un autre signe de constipation est que vous avez l’impression de ne pas être entièrement déchargé, faute d’un meilleur terme.) Avec vos pieds surélevés, vos genoux au-dessus de vos hanches et en vous penchant légèrement vers l’avant, « Cette position aide le rectum à se redresser. et aide à avoir des selles plus volumineuses et plus efficaces afin que vous puissiez évacuer complètement.


Les articles Well+Good font référence à des études scientifiques, fiables, récentes et robustes pour étayer les informations que nous partageons. Vous pouvez nous faire confiance tout au long de votre parcours de bien-être.

  1. Claudine Manach, Augustin Scalbert, Christine Morand, Christian Rémésy, Liliana Jiménez,
    Polyphénols : sources alimentaires et biodisponibilité,
    Le Journal américain de nutrition clinique,
    Volume 79, numéro 5, 2004, pages 727-747, ISSN 0002-9165

  2. Lamport, Daniel Joseph et Claire Michelle Williams. « Polyphénols et cognition chez l’homme : un aperçu des preuves actuelles issues d’examens systématiques et de méta-analyses récents. » Plasticité cérébrale (Amsterdam, Pays-Bas) vol. 6,2 139-153. 9 février 2021, est ce que je:10.3233/BPL-200111