Compléter l’entraînement en force avec du cyclisme en salle peut être le secret des jambes et des fesses les plus fortes de tous les temps

Compléter l'entraînement en force avec du cyclisme en salle peut être le secret des jambes et des fesses les plus fortes de tous les temps
HAvez-vous déjà été personnellement victime du siège d’un vélo d’intérieur ? Après plusieurs tentatives sans succès pour mettre mes fesses à l’aise sur le siège d’un vélo stationnaire, j’ai décidé de me concentrer sur la course à pied. Pendant longtemps, c’était la seule façon pour moi de travailler ma forme cardio. Jusqu’à récemment, c’est vrai.

Il y a quelques mois, j’ai eu l’opportunité de tester le vélo d’exercice NordicTrack Commercial S221 Studio Cycle. Même si j’étais inquiet au début, compte tenu de mes antécédents d’inconfort en matière de selle de vélo, j’ai finalement décidé de tenter le coup. Je n’ai pas de salle de sport dans mon immeuble et la possibilité de disposer d’un équipement qui me permet de m’entraîner à tout moment sans quitter la maison était séduisante. J’ai beaucoup d’amis qui ne jurent que par le vélo pour renforcer leurs mollets et leurs cuisses. Alors, curieux de connaître l’impact du cyclisme en salle en tant qu’entraînement croisé, je me suis lancé.


Experts dans cet article
  • John Peel, CPT, maître entraîneur iFit, fondateur de John Peel Fitness et créateur de JP Fit 30.

Voici ce qui s’est passé lorsque j’ai troqué la course à pied contre le vélo en salle pendant un mois

Après avoir reçu le vélo, j’ai décidé d’ajouter trois jours de vélo (par opposition à la course à pied) aux trois jours de musculation que je faisais déjà et de voir quel serait le résultat au bout d’un mois. J’étais curieux de savoir si je remarquerais réellement une différence dans la force du bas de mon corps avec cette combinaison d’exercices, par rapport au mélange de musculation et de course à pied auquel je suis habitué.

Photo de : Nordic Track
Vélo de studio NordicTrack Commercial S221 — 1 999,00 $
Achetez maintenant

Le NordicTrack I s’associe à iFit, une plateforme interactive d’entraînement personnel proposant des cours de fitness à la demande. Les utilisateurs ont la possibilité de faire des balades sur piste non guidées, des bootcamps en studio avec des entraîneurs et des balades « en plein air » où vous avez une vue à la première personne de ce que ce serait de rouler à l’extérieur avec l’entraîneur. Parce que j’ai déjà un programme de musculation spécifique que je suis, j’ai sauté les bootcamps et je me suis lancé directement dans les balades en plein air.

La série que j’ai choisie pour mon mois de tests était la traversée du Bhoutan avec le maître entraîneur iFit John Peel, CPT. Alors qu’il ouvrait la voie à travers un paysage magnifique (qui presque m’a fait oublier la douleur dans mes fesses causée par le siège de vélo auquel je n’étais pas habitué), le vélo changeait automatiquement l’inclinaison et la résistance en fonction du terrain réel au Bhoutan, ce que j’adorais parce que je n’avais même pas la possibilité de prendre c’est facile pour moi.

Je devrais faire une pause ici et noter que lorsqu’il s’agit d’entraînements à la maison, je suis doué pour faire le strict minimum et prendre de longues pauses sur le canapé pour répondre à un message texte, manger une collation ou plier le linge. Ce vélo a rendu cela beaucoup plus difficile.

Après être passé au cyclisme en salle pour mon exercice d’entraînement croisé, je peux honnêtement dire que je n’ai jamais senti mes quadriceps, mes fessiers et mes mollets travailler plus fort.

En tant que personne qui s’en tient strictement à la course à pied en matière de cardio, après être passée au cyclisme en salle pour mon exercice d’entraînement croisé, je peux honnêtement dire que je n’ai jamais senti mes quadriceps, mes fessiers et mes mollets travailler plus fort. Ces muscles étaient également douloureux le lendemain d’une séance d’entraînement. En fait, j’étais reconnaissant pour les jours où je devais me lever entre les entraînements à vélo, juste pour donner une petite pause à mes jambes et à mes fesses.

Peel, who felt like my bestie after riding through Bhutan together, was kind enough to talk to me on the phone about indoor cycling as cross- training, and he confirmed that strength training in addition to cycling is indeed the way to go. “Set aside certain days where you’re not just pounding away on the bike, but you’re actually working more specific movements for strength training off the bike,” Peel says of the power of cross-training to strengthen your whole body.

The bike is lower-body dominant, he explains, which is great for your quads and will strengthen them. But cycling can also lead to weaknesses in your hip flexors, glutes, lower back, and core when you’re not pairing it with strength training.

“Set aside certain days where you’re not just pounding away on the bike, but you’re actually working more specific movements for strength training off the bike.” —John Peel, CPT

As I continued to cross-train with my cycling and strength classes throughout the month, I did start to notice a few things in my rides and my lifts.

When I first started cycling, I was using whatever resistance and incline the bike chose for me. It was more than enough, and I often found achieving the suggested revolutions per minute (RPMs) difficult. However, by the end of the month, I was actually hitting the RPMs fairly easily with the pre-chosen programming. I even ended up adding more resistance. That’s something I didn’t think I would be doing when I first got on the bike a month earlier.

On the strength-training side of my cross-training, I saw huge gains in my lifts—specifically my squats, as my quads felt more activated than usual. Plus, I hit a personal record on my one-rep max, which is the most weight you can lift for a single repetition. Would I have done that regardless? Maybe, but I’d like to think the bike helped.

How to know if cross-training with indoor cycling is helping you build strength

As much as I thought I might be seeing strength results as a result of indoor cycling cross-training, I wasn’t quite sure how to know for real. Peel offered some tips for tracking your strength on the bike, and he broke it down in comparison to running.

“Someone who runs a 10-minute mile, that’s equivalent to almost being able to bike 3.5 miles in 10 minutes. Set that 3.5-mile mark on the bike and see how long you can go with pushing a good steady state where you’re not absolutely destroying yourself. See how well your heart rate functions and how well it responds to that 3.5 miles,” he says.

He suggests doing the above test once every month, taking notes about your heart rate and how difficult the session feels, to get a baseline to use as a benchmark.

Ultimately, I think cross-training with indoor cycling as opposed to running helped me strengthen my lower body, specifically my quads, after a month. I also see more definition in my legs than I’ve seen in a while.

The best part? I could do 50 percent of my workouts for the month at home. Oh, and in case you’re wondering if the bike seat and I ever managed to get along during this time, the answer is yes. My bike-loving friends I mentioned earlier told me eventually my tush would stop hurting the more I rode, and it turns out they were right about that, too.

Mots clés : Entraînements à vélo, Équipement de fitness, Conseils de remise en forme, Entraînements de spinning